Le mouvement social britannique et l’ « hiver du mécontentement » de 1978-1979

Je me propose de présenter une série de remarques concernant mon travail de doctorat, en abordant successivement la définition de mon objet de recherche et de ma problématique, le choix de mes axes de recherche et de mes méthodes d’investigation, la présentation de l’aire géographique sur laquelle porte mon travail, enfin le traitement des archives et autres sources.

De l’ « hiver du mécontentement » au mouvement social : déplacement de l’objet de recherche

Mon travail de doctorat s’inscrit dans la continuité de recherches engagées en master 2 et définies, de concert avec mon directeur de recherche, comme portant sur un épisode fondateur de l’ordre politique contemporain de la Grande-Bretagne : l’ « hiver du mécontentement ». L’ « hiver du mécontentement », c’est plusieurs choses :

1)      c’est tout d’abord une série de conflits sociaux, dans des secteurs divers – l’automobile, le transport routier, les services publics – qui ont eu lieu au cours de l’hiver 1978-1979 dans l’ensemble de la Grande-Bretagne, et mobilisé au total plusieurs millions de travailleurs ;

2)      c’est ensuite le principal exemple dans l’histoire britannique contemporaine d’une confrontation entre des syndicats et un gouvernement travailliste qui met en place une politique d’austérité économique ; c’est donc un mouvement social qui offre une porte d’entrée pour l’analyse des relations entre le parti travailliste et les syndicats, ainsi que de la transformation des politiques sociales et économiques menées par les gouvernements britanniques ;

3)      enfin, c’est un thème politique obsédant dans le discours médiatique et politique depuis 1979, mobilisé par les conservateurs pendant les campagnes électorales des années 1980 et 1990, et réactivé par les médias lors de conflits sociaux longs ou intenses.

La formulation initiale de mon objet comme « l’hiver du mécontentement » m’a amené à formuler, en master 2 et dans le projet de thèse que j’ai présenté pour candidater à une allocation de recherche, ma problématique de recherche en termes de ré-historicisation d’un mouvement social recouvert par bientôt trois décennies de commentaires médiatiques, de dénonciations conservatrices, de remords syndicaux et de reniements néo-travaillistes. Il s’agit pour un tel programme de recherche de situer ce mouvement social dans un contexte socio-historique spécifique, de restituer aux décisions du gouvernement et des syndicats leur contexte, de redonner aux actions des acteurs leur caractère dynamique, au final de rendre justice à ces travailleurs dont les raisons de la lutte ont été enterrées et occultées par l’histoire officielle écrite par le gouvernement Thatcher, la presse conservatrice et le néo-travailliste de Blair et Brown. Cette problématique s’oriente assez clairement, et peut-être naïvement, vers un travail de démystification d’un mythe politique, et donc vers la recherche, derrière la brume du signifiant « hiver du mécontentement », d’une certaine vérité concernant les interactions complexes entre le gouvernement, les syndicats, les partis politiques et les médias pendant l’hiver de 1978-1979.

Ce travail de démystification demeure une part nécessaire et fondamentale de mon travail. Si mon objet et ma problématique de recherche ont été amenés à évoluer, ce n’est pas tant à cause de doutes à l’égard de cette entreprise de démystification, qu’à cause de la nature de l’objet « hiver du mécontentement » que je me suis proposé. C’est le fait de donner comme objectif à son travail la définition même de son objet de recherche – qu’est-ce au final que l’ « hiver du mécontentement » ? – et donc ne pas pouvoir travailler à partir d’une définition initiale à peu près stable que les recherches amèneraient à progressivement réviser, nuancer, complexifier. L’absence d’un tel point de départ rend périlleuse la définition d’une problématique claire et la construction d’axes de recherche cohérents. J’ai aussi été amené à chercher un tel point de départ solide parmi la multitude des objets que, comme je l’ai indiqué précédemment, il est possible de rassembler sous le terme « hiver du mécontentement ». J’ai choisi d’employer le terme de « mouvement social ». Même si je fais appel, dans le cadre de mon étude des conflits sociaux de l’hiver 1978-1979, à la notion de mouvement social dans le sens où l’entend la sociologie politique contemporaine depuis les travaux de Charles Tilly notamment, à savoir comme un mouvement qui mobilise un grand nombre de personnes en vue de la satisfaction de revendications, et qui passe par l’expression délibérée et explicite de celles-ci à travers une campagne organisé de protestation[1], ce n’est pas seulement ainsi que je l’emploie. En effet, j’ai choisi de réactiver un sens aujourd’hui passé de mode, en parlant non seulement d’un mouvement social, mais du mouvement social, et de caractériser plus précisément mon objet d’étude comme « le mouvement social britannique à l’épreuve de l’ « hiver du mécontentement » ». Le choix de ce terme présente un certain nombre d’intérêts et de problèmes que je me propose de développer ici. Commençons par les avantages :

1)      tout d’abord, le « mouvement social » me permet de recentrer mon travail vers un objet plus concret, à savoir les travailleurs en lutte et leurs organisations, dont je pense qu’il va m’être possible de donner une définition initiale claire et précise ;

2)      ensuite, cette notion me permet d’éviter une insistance sur le seul « mouvement syndical », au détriment des organisations politiques ou des autres aspects du monde du travail, et d’insister sur les logiques de politisation à l’œuvre dans les luttes par delà les simples questions d’appartenance syndicale ;

3)      bien au contraire, ce concept me permet à la fois d’articuler les syndicats, les organisations politiques et le gouvernement travailliste en les indexant à une même lutte, ou du moins à des luttes connectées visant à modifier l’organisation de la société, et de prendre en compte les tensions qui traversent ces syndicats et ces partis, l’évolution des relations qui les unissent, la diversité au sein des secteurs d’activité et des groupes de travailleurs et la multiplicité des pensées politiques et des pratiques militantes qui les mobilisent ;

4)      enfin, à rebours de l’insistance sur le seul « hiver du mécontentement », qui présente le risque d’isoler les luttes dans leur spécificité socio-historique et de donner une image statique du monde du travail et des organisations syndicales et politiques, il permet aussi de placer le mouvement social de l’hiver 1978-1979 dans la perspective de l’évolution du monde du travail, du développement des organisations, de l’extension de la syndicalisation, et dans la continuité des luttes menées par les travailleurs britanniques ;

5)      il permet donc aussi et enfin d’envisager le rôle de la mémoire syndicale et des apprentissages et transferts de pratiques militantes dans les mobilisations et les luttes.

A côté de ces avantages indéniables en terme de définition, problématique et méthode de recherche, la notion de mouvement social n’est pas sans présenter quelques difficultés :

1)      son caractère unifiant et totalisant par rapport aux phénomènes sociaux, qui est précisément ce que je recherchais pour donner une cohérence à la diversité des objets et des niveaux d’analyse identifiables sous le terme d’ « hiver du mécontentement », présente un problème méthodologique, en ce qu’il présuppose la cohérence de ces phénomènes et en les oriente clairement vers la recherche d’une transformation sociale ;

2)      ensuite, en passant de l’ « hiver du mécontentement » au mouvement social, on passe également d’un objet prioritairement linguistique à un objet prioritairement social ; même si j’intègre à mon travail l’analyse des discours, et que plus généralement mon travail tient compte des perspectives de recherche ouvertes par le tournant discursif dans les sciences humaines, je ne peux m’empêcher d’y voir une sorte de régression scientifique vers un objet plus traditionnel.

Evidemment, il ne tient qu’à moi de rendre dynamique cette notion de mouvement social, de la sortir de l’ornière d’une vision sclérosée du mouvement ouvrier, repliée sur ses organisations et sur quelques secteurs économiques clés. C’est précisément la tâche que peut se donner un travail qui porte sur des conflits dans le secteur des services, portés notamment par des femmes, travailleuses précaires pour beaucoup d’entre elles.

Des axes de recherche stables mais irréductiblement hétérogènes

Si mon objet de recherche s’est progressivement déplacé, les axes de recherche que j’avais intuitionnés dans mon travail et M2 et que j’ai explicités en début de thèse, ne se sont quant à eux pas modifiés dans leurs grandes lignes. Les principales dynamiques dont j’estime qu’il me faut rendre compte pour comprendre l’hiver du mécontentement et la situation dans laquelle se trouve le mouvement social britannique à la fin des années 1970 sont les suivantes :

1)      la désintégration progressive des politiques d’inspiration keynésienne suivies par les gouvernements britanniques depuis la guerre, et la mise en place par un gouvernement travailliste de politiques d’austérité économiques : l’ « hiver du mécontentement » apparaît alors avant tout comme une crise politique permettant d’analyser la transformation du travaillisme et la résistance des syndicats à l’amorce du tournant néo-libéral ;

2)      la transformation du monde du travail, caractérisée notamment par l’extension des activités de service et un taux de syndicalisation croissant, ce qui a conduit les acteurs syndicaux et politiques de l’époque à anticiper, organiser ou essayer de contrer ce qu’ils percevaient comme une radicalisation et une démocratisation progressive de l’activité syndicale : l’ « hiver du mécontentement » constitue ici un test de cette thèse du renforcement et de la radicalisation du mouvement syndical et un cadre propice à une anatomie de celui-ci ;

3)      la montée du conservatisme thatchérien, organisé autour d’une remise en ordre néo-conservatrice de la société et d’une refondation néo-libérale de l’économie : dans cette perspective, l’ « hiver du mécontentement » apparaît alors comme un moment privilégié de cristallisation d’un nouveau consensus anti-syndical dans les élites britanniques, et de diffusion de ce nouveau sens commun auprès de l’ensemble de la population ;

4)      le quatrième axe de recherche est de nature différente, puisqu’il porte sur les effets produits par l’ « hiver du mécontentement » en l’abordant sous la perspective de la rupture : il s’agit de tester la thèse de la révolution thatchérienne dans le domaine politique et social, en étudiant les effets produits par l’émergence et la réactivation constante du mythe politique de l’hiver du « mécontentement », les évolutions du monde du travail et de l’activité syndicale depuis les années 1970, et la mémoire collective de cet épisode dans le mouvement social.

Si ces axes de recherche me semblent toujours pertinents, ils induisent une pluralité méthodologique qui menace souvent de faire imploser le cadre de mon travail d’investigation. En effet, l’étude de la transformation des politiques économiques menées par les gouvernements et des théories qui les informent demande de faire appel à l’histoire économique et à l’histoire des idées ; l’étude du travaillisme, de son évolution et des rapports entre partis et syndicats oriente plutôt quant à elle vers l’histoire politique ; l’analyse du monde du travail et des conflits sociaux exige de faire appel à la sociologie du travail, à la sociologie des mobilisations et à la sociologie politique ; l’analyse du traitement médiatique des conflits sociaux et l’étude du développement des thèmes et mythes qui structurent le discours politique requièrent enfin de faire appel à l’histoire des idées, à l’analyse des discours, aux cultural studies et plus généralement aux travaux sur l’idéologie. Il est bien entendu nécessaire d’appliquer à l’étude de chaque phénomène les outils d’analyse les plus adéquats, c’est-à-dire souvent ceux développés spécifiquement pour en rendre compte. Je me trouve cependant confronté à plusieurs problèmes :

1)      tout d’abord, des effets de rupture et de compartimentation produits par l’emploi de conceptualités et de vocabulaires techniques différents, notamment parce que je pense organiser ma démonstration selon les différents axes de recherche présentés précédemment ; peut-être cela vaut-il mieux au mélange incontrôlé des épistémologies, et peut-être la recherche d’un cadre théorique unifié relève-t-elle d’une aspiration unifiante et totalisante infondée voire dangereuse, mais cette multiplication des concepts et des outils et cette juxtaposition des discours théoriques ne me satisfait pas entièrement intellectuellement ;

2)      ensuite, même si ces disciplines insulaires peuvent être rattachées à deux grandes méthodes en sciences humaines, la méthode historique et la méthode sociologique – qu’il faut néanmoins se garder de présenter comme trop unifiées –, la juxtaposition de ces méthodes et disciplines produit des effets de rupture d’échelle assez brutaux entre, par exemple, l’analyse des politiques gouvernementales au niveau national et la description de la mobilisation des travailleuses du NHS au niveau local du lieu de travail ;

L’aire géographique : des niveaux à réconcilier, des choix à justifier

Les conflits sociaux de l’hiver 1978-1979 sont des conflits nationaux, et conçus comme tels aussi bien par les syndicats qui les mènent que par le gouvernement dont les politiques sont la cible des revendications des grévistes[2]. Le fait qu’il s’agisse d’un conflit étendu à l’ensemble de la Grande-Bretagne n’implique pas cependant que le niveau national soit le seul niveau d’étude adéquat, ni même le plus pertinent. En effet, il peut être tout aussi intéressant d’étudier la mobilisation différentielle des travailleurs dans différentes régions, différents comtés, différentes villes ou différents lieux de travail dans la perspective d’une anatomie du mouvement social britannique à la fin des années 1970, d’une compréhension de sa structuration et des dynamiques qui le traversent. Aussi, comme je l’ai suggéré précédemment, il faut constamment faire jouer deux niveaux d’analyse, macro et micro. S’il m’est impossible de mener une étude des conflits sociaux dans chaque lieu de travail, ni même dans chaque ville ou dans chaque comté, je possède une vue d’ensemble assez détaillée grâce aux archives des syndicats NUPE et TGWU, qui recèlent une série de documents qui, même s’ils sont fragmentaires et couvrent une période restreinte, listent le nombre et l’occupation des travailleurs en grève pendant l’hiver 1978-1979. Il m’est également possible de procéder à des analyses micro-phénoménales par des coups de projecteurs sur des aires plus précises. Je dispose d’informations considérables sur Londres, Glasgow et le sud-ouest de l’Angleterre grâce à une série d’entretiens que j’ai menés principalement avec d’anciens permanents du syndicat NUPE. Même si le corpus d’entretiens dont je dispose est trop réduit et ne se prête donc pas à une véritable analyse sociologique, il m’a en revanche fourni une grande quantité de témoignages quant aux choix tactiques opérés par le syndicat et à l’organisation pratique de la grève, qui m’ont à leur tour servi à orienter mes recherches en archive et permis de formuler plusieurs hypothèses de travail pour l’interprétation critique de mes sources.

L’archive comme principe de réalité

Au final, le seul élément solide semble bien être l’archive. Les entretiens avec les anciens permanents de NUPE et les centaines de pages d’archives syndicales contenues au Modern Records Centre de l’Université de Warwick apparaissent dans leur matérialité comme la seule et ultime certitude. Néanmoins, il vaut se garder de survaloriser la place de l’archive dans le travail de l’historien du mouvement social. Tout d’abord, les archives des différents types d’organisations du mouvement social ne sont absolument pas homogènes, et présentent des difficultés d’interprétation pour des raisons propres : alors que les partis marxistes-léninistes de l’extrême gauche britannique, obsédés par la question de l’organisation, ont laissé des archives bien classées mais fortement expurgées et difficiles à interpréter en termes de pratiques militantes, les syndicats ont déposé au Modern Records Centre des archives à la fois pléthoriques et précieuses dans ce qu’elles révèlent des pratiques syndicales, mais toujours partielles et assez vaguement classées selon un ordre thématique ou chronologique rarement respecté. En effet, contrairement aux administrations et autres organes de gouvernement dont la raison d’être est précisément l’organisation de l’information et son classement, les syndicats britanniques sont traditionnellement des organisations faiblement centralisées, et qui n’ont renforcé leur capacités en termes d’administration et d’expertise que progressivement à partir de la fin des années 1960. Il en résulte que l’essentiel des archives des régions ou des sections locales est absent des archives syndicales déposées Modern Records Centre et que la collecte des informations concernant les activités des syndicats au niveau local tout comme leur conservation au niveau national se sont souvent faites de manière hasardeuse et partielle. Les archives dont nous disposons ne sont donc pas interprétables comme le reflet du fonctionnement et des pratiques d’un syndicat tel que celui-ci voudrait les donner à voir, mais seulement comme la trace fragmentaire et incomplète d’activités et d’actions dont on ne peut même pas être sûr qu’elles étaient jugées représentatives ou primordiales par les responsables du syndicat.

Pour ces raisons, il est tout d’abord important d’interpréter ces archives à la lumière des questions suscitées par des lectures secondaires ou par les entretiens avec les anciens permanents de NUPE[3]. Ainsi, une question initialement absente de mon questionnement sur les conflits de l’hiver 1978-1979, et qui m’est depuis apparue comme fondamentale dans les entretiens que j’ai réalisé et dans les discussions avec mon directeur de recherche, est celle du rôle des femmes et des minorités ethniques. Deux choses sont intéressantes ici : à la fois analyser la place souvent marginale de ces groupes dans le monde du travail et dans les organisations syndicales à la lumière de la façon dont elles sont mobilisées pendant les conflits sociaux, et étudier les processus de politisation néanmoins à l’œuvre au cours de ces mêmes conflits. Cette dernière dynamique prolonge en effet une évolution commencée à la fin des années 1960 dans le secteur des services publics où ces groupes constituent une part considérable des employés. Aussi, je me suis employé à lire ou à relire mes archives selon les prismes du genre et de l’ethnicité. Pour prendre un exemple, je dispose de listes compilées par la direction nationale du syndicat NUPE aux mois de janvier et février 1979, qui indiquent le nombre et l’occupation des travailleurs en grève dans le secteur des collectivités locales et dans le NHS. Sachant que la plupart de ces occupations font l’objet d’une distribution genrée, je peux connaître le genre des groupes clés de travailleurs que le syndicat a choisi de mobiliser.

Le caractère hétérogène des archives politiques et syndicales dont je dispose nécessite aussi et surtout un travail de contextualisation de celles-ci. Il est nécessaire d’expliciter la nature du document et son contexte de production pour proposer des analyses valides. Leur caractère fragmentaire rend également difficile de présenter des conclusions larges ou générales à partir des documents dont je dispose. Pour prendre un exemple, dans les rapports envoyés à la direction nationale de NUPE ou de la TGWU, certains responsables locaux sont très exhaustifs, là où d’autres sont particulièrement approximatifs et laconiques. Il est donc primordial d’objectiver ces différences pour produire des analyses pertinentes des archives du mouvement social britannique.

Conclusion : le programme de recherche en civilisation

Il me semble possible d’interpréter ces remarques dans deux directions opposées :

1)      D’un côté, il apparaît que l’absence d’un corpus théorique de base partagé par l’ensemble des civilisationnistes et l’absence conséquente d’une méthode claire et unifiée d’investigation de nos terrains présente un défi redoutable pour les doctorants en civilisation, contraints à construire leur méthode à partir de concepts et d’outils parfois incommensurables.

2)      D’un autre côté, nous avons peut-être – j’ai peut-être – tendance à surestimer la cohérence théorique et méthodologique des disciplines plus établies des sciences humaines. L’histoire est pareillement confrontée à la question de l’intégration des outils et objets de la sociologie et des sciences politiques, et vice versa. Les collègues doctorants des différentes disciplines des sciences humaines rencontrent sans aucun doute les mêmes problèmes que ceux que je soulève en termes de définition de mon objet, d’élaboration de mes axes de recherche, de délimitation de mon terrain et de traitement d’un corpus d’archives hétérogène et fragmentaire. Tout ceci plaide en faveur d’une appartenance pleine et entière des études de civilisation dans le champ des sciences humaines. Aussi, tout autant que les recherches de nos collègues historiens ou sociologues qui tombent plus souvent que nous sous le coup de rappels à l’ordre disciplinaires, nos travaux peuvent être véritablement le lieu et l’occasion de réfléchir à un programme interdisciplinaire de recherche en sciences humaines.


[1] Charles Tilly, 1995, Popular Contention in Great Britain 1758-1834, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press, p. 369.

[2] A côté de cette raison scientifique, on peut également se demander s’il n’est pas attendu d’un travail de civilisation britannique qu’il prenne pour cadre géographique par défaut la Grande-Bretagne, et d’un civilisationniste qu’il démontre une compétence générale sur le pays qui fait l’objet de sa spécialité.

[3] On n’est pas surpris ici de voir que les archives ne parlent pas d’elles-mêmes, mais au contraire n’apportent des réponses qu’aux seules questions munies desquelles l’historien les aborde.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *