Sources manuscrites/sources publiées: La mission de la CMS au Buganda (1876-1900)

Note : la présentation de ce travail lors du séminaire du 2 décembre était plus illustrée – j’avais pu montrer les photos des sources manuscrites, ce que je ne peux pas faire sur le blog, en raison des droits d’images qui ne m’ont toujours pas été accordés par la CMS.

Je souhaite dans ce billet détailler comment la confrontation de deux types de sources, les sources manuscrites et les sources publiées, a orienté la problématique de mon sujet thèse, fait jaillir de nouveaux thèmes et a posé de nouveaux problèmes méthodologiques.

J’étudie une mission de la Church Missionary Society (société de missionnaires anglicane) au royaume du Buganda, territoire situé au nord du lac Victoria, dans l’actuel Ouganda. La première mission a été envoyée au printemps 1876 ; deux missionnaires arrivent à destination – la cour du roi Mutesa – en juin 1877. Mon travail de thèse analyse les prémisses de cette mission, depuis l’Angleterre où elle a été préparée, jusqu’à 1900, date à laquelle la mission est déjà bien implantée, même s’il n’y a jamais plus d’une dizaine de missionnaires anglicans sur le site originel (elle s’étend ensuite à des stations plus reculées).

Figure 1 : Zone d’influence de la CMS en Afrique centrale et orientale (1885)

Les missionnaires envoyés sur le terrain ont pour ordre :

– de tenir un carnet de bord journalier de la mission (entreprise collective)

– d’écrire le plus souvent possible, que ce soit des lettres ou un journal personnel, à envoyer en suite à la maison mère (entreprise personnelle)

– s’ils savent dessiner, ils sont encouragés à reproduire ce qu’ils voient (personnes et paysages, objets du quotidien religieux ou simples ustensiles).
Ce sont surtout les lettres et les carnets personnels qui restent. Malgré un travail d’écriture journalier, les missionnaires dépendent du rythme et de la fréquence des caravanes qui retournent vers la côte pour remonter par bateau en Europe.

Cette correspondance repose au centre des archives de l’université de Birmingham ; on y trouve également les réponses et instructions de la maison mère ; ces lettres sont également soumises aux horaires et fréquences des bateaux de la East India Company en partance pour Zanzibar.

Figure 2. Chemin parcouru par la correspondance dans la région du lac Victoria


 

Source : CM Gleaner.

 

On peut donc d’ors et déjà faire quelques remarques sur l’apparence physique des documents sur lesquels je travaille :

– ce sont des documents historiques qui ont voyagé, dans des conditions qui ne sont pas forcément optimales (les archives sont donc bien souvent abîmées par le voyage, l’humidité, la chaleur, décolorées par le soleil, etc.)

– de nombreux morceaux sont perdus en cours de route (caravanes attaquées, porteurs déserteurs, etc.) et n’atteignent jamais leur destination finale.

– ces documents ne sont pas non plus rédigés dans les meilleures conditions, et il s’agit de s’affronter à leur tracé manuscrit. Un véritable travail de déchiffrement est à faire.

Ainsi, bien que conservées à présent dans des conditions exemplaires par une institution dédiée à la recherche universitaire, ces archives manuscrites, bien qu’ayant un caractère unique et original – ce que l’on attend bien souvent d’une source manuscrite – ont également un caractère fragmentaire. L’historien est face à de longues périodes de silence manuscrit, les lettres et journaux n’ayant jamais atteint leur destination, ce qui ne signifie pas pour autant qu’il n’y ait pas eu d’entreprise d’écriture.

Ainsi, pour reprendre les mots d’Alain Corbin, l’historien qui travaille sur des sources manuscrites doit s’atteler à un travail de « repérage du manque[1] », et son travail en sera forcément altéré.

Ces archives manuscrites constituaient à l’origine le corpus principal de mon travail de M2 et de thèse. Je souhaitais étudier cette mission spécifique, en l’abordant un peu à la manière d’un micro-historien. Je me suis cependant très vite rendue compte que même si je voulais déchiffrer cette petite partie de l’Afrique à la loupe, je devais à tout prix éviter de garder des œillères et une perspective aussi cloisonnée. Au contraire, cette mission dite « du Nyanza » (nyanza = lac en swahili) s’inscrivait dans une stratégie d’évangélisation et de « civilisation » beaucoup plus globale (de tout continent africain, mais même, dans l’idéal, du monde entier) de la part de la CMS ; et la société missionnaire elle-même s’inscrivait peut-être dans le projet impérial britannique (c’est là une des questions que je soulève dans ma thèse à présent).

Il m’a donc fallu – et j’utilise à nouveau les mots d’Alain Corbin – « résister à l’autosuffisance » de la source manuscrite, en d’autres termes prendre de la distance.

Je me suis donc décidée à prendre en compte la vie de cette correspondance envoyée d’Afrique centrale une fois qu’elle avait atteint sa destination finale, Londres. Bien loin d’être archivés sur le champ et mis au placard, les lettres et journaux manuscrits des missionnaires se voyaient accordés une deuxième vie, sur d’autres supports, sous d’autres formes, au travers d’autres médias, avec un contenu infléchi.

Je compte – pour l’instant – trois types de nouveaux supports en métropole, qui constituent donc un nouveau vivier d’archives à consulter pour ma thèse, et qui soulèvent de nouvelles problématiques thématiques et méthodologiques.

– les périodiques (notamment Intelligencer, Gleaner, Juvenile Instructor puis Awake, qui visent tous un public différent selon des critères d’âge, de sexe, de classe, de niveau d’éducation, etc.)

Figures 3. Deux couvertures du Juvenile Instructor (1877 et 1865)

– les monographies (biographies, recueils d’illustration, description de la mission, bilans, etc.)

Figure 4. Couverture de l’autobiographie de l’évêque Hannington,  publiée en 1885.

 

 

 

– les images isolées (cartes, gravures, photographies, à usage décoratif et instructif, images qui peuvent être décernées comme prix lors de cours de catéchisme, etc.)


Ces publications racontent les avancées des missions implantées sur les quatre coins du globe, les découvertes des missionnaires, leur vie quotidienne, et se basent sur leur correspondance manuscrite que l’on retrouve donc :

– typographiée

– paraphrasée

– citée en extraits, telle quelle, ou ayant subi des changements

– accompagnée d’illustrations.

 

 

 

On passe donc d’un document d’archive manuscrit, unique et original, à un document typographié, tiré à plusieurs milliers d’exemplaires, ordonné, relié, illustré, reproduit sur différents supports qui se complètent, se font écho. Les rédacteurs de la CMS à Londres s’emparent du matériau brut que sont les lettres et les journaux des missionnaires, pour les rendre « communicables », lisibles, au public victorien.

Ces observations m’ont conduite à réévaluer, voire redéchiffrer les archives manuscrites que j’avais en ma possession (heureusement, non recopiées manuellement mais photographiées).

En plus du tracé à l’encore noire, on note d’autres signes au crayon papier : ce sont là les traces laissées par les relecteurs et rédacteurs qui ont décidé de publier certaines parties du récit des missionnaires sur le terrain ; ce passage du manuscrit à la publication ne se fait bien entendu pas sans changement. Au récit brut, écrit quasiment sur le vif, s’ajoute donc les traces d’un travail plus réfléchi de publication et d’éditorialisation qui règle la production d’un contenu.

De nouvelles pistes thématiques ont ainsi émergé : quelles stratégies d’éditorialisation pour projeter quelle image des missionnaires et de l’Afrique au public victorien ? En plus des acteurs principaux de ma thèse – les missionnaires et leurs « missionnés » – une nouvelle catégorie était à prendre en compte : ces médiateurs qui, depuis Londres, opère un travail de correction de natures variées.

– corrections orthographiques, stylistiques, typographiques

– corrections qui affectent le contenu du récit (certains passages sont passés au crible et coupés, par exemple si l’auteur relate une situation d’échec, ou émet un avis personnel qui n’est pas en phase avec la teneur du document publié).

Figure 5. Exemple d’un récit publié sous forme sérialisée dans le Gleaner, en 1879 et 1880 (cette page est la dernière de la série, publiée en avril 1880)

 

 

Cet épisode raconte l’arrivée de nouveaux missionnaires au Buganda ; ils sont arrivés non pas par la côte, mais en remontant le Nil (d’où le titre de la série d’articles, « Up the Nile to Uganda »). Le voyage des missionnaires y est raconté à travers les journaux personnels de ces derniers, ici, plus précisément, d’un certain Dr Felkin. Le manuscrit de Felkin montre que certains passages ont été coupés (notamment lorsqu’il explique que lui et ses compagnons ne sont pas rassurés dans le camp qu’ils viennent d’atteindre, qu’ils gardent leurs armes à portée de main, et préfèreraient être en train d’écouter un concert à Londres plutôt que les bruits des animaux de la savane), et la typographie changée. Le texte de Felkin est ici encadré par deux illustrations qui sont tirées du récit d’exploration de Samuel Baker, publié en 1866. Cet ajout a priori étonnant soulève certains problèmes, par exemple sur le statut du missionnaire par rapport à celui de l’explorateur dans l’imaginaire victorien.

Ces textes reproduits dans les publications de la CMS en métropole sont en effet souvent accompagnés d’illustrations : les nouvelles techniques de reproduction des gravures et des photographies rendent la publication d’images moins onéreuses pour les maisons d’édition à la fin du 19ème siècle, et la presse en général est de plus en plus souvent illustrée pour attirer un lectorat plus grand. Dans le cas de nos publications missionnaires, les illustrations peuvent avoir deux origines différentes :

– elles peuvent être, comme c’est le cas pour la Figure 5, empruntées à d’autres ouvrages, avec toutes les implications que cela suppose. C’était une pratique d’édition assez courante – pas du tout réservée à la littérature missionnaire – qui cependant peut infléchir le sens originel du récit.

– elles peuvent être des images produites par les missionnaires eux-mêmes. Les missionnaires esquissent en effet dans leur correspondance quelques dessins au crayon papier, bien souvent de qualité médiocre. Ces images subissent le même traitement que leur texte original : elles sont retravaillées en métropole par des artistes employés à cette fin. Les personnages dessinés sur le fond blanc du papier à lettre sont mis en scène, accompagnés d’autres figures stéréotypiques, objets, animaux ou plantes africains. Plusieurs dessins peuvent être fusionnés en une seule illustration, comme c’est le cas dans la Figure 6, qui est le produit de deux dessins :

Figure 6 : comment le dessin devient illustration (Gleaner, août 1878).

 

La confrontation des sources manuscrites et des sources publiées offre donc une variété de niveaux de lecture des archives, une multiplicité de supports de publication, et donc un échantillon large de natures de sources pour ce qui est censé être un seul et même récit.

Plusieurs problématiques jaillissent de ce face-à-face entre sources manuscrites et sources publiées :

– D’autres acteurs émergent (les « médiateurs », qui font le lien entre le missionnaire en Afrique et le public victorien, de qui dépend financièrement la mission).

– Cette confrontation ouvre les perspectives que l’étude d’une mission en particulier aurait pu laisser dans l’ombre : les sources ne nous renseignent plus seulement sur l’Afrique et les missionnaires qui y sont installés, mais également sur la diffusion d’une certaine image du « continent noir » en métropole et sur les attentes du lectorat victorien.

– l’étude des stratégies éditoriales des récits missionnaires peut nous faire tourner vers d’autres horizons épistémologiques (ceux de l’histoire des médias et des sciences de la communication)

– la place de la littérature missionnaire dans le genre plus large de la littérature d’exploration, très populaire à l’époque victorienne, doit également être évaluée. Si les thèmes sont semblables, ils sont parfois traités différemment : la race, le paysage africain, la relation des Africains au travail, etc. L’Afrique des missionnaires est-elle la même que l’Afrique des explorateurs ou des agents coloniaux, qui publient eux aussi des rapports, leurs mémoires, et/ou de la fiction ?

Cette variété de sources, au final, nous oblige à nous pencher sur les luttes de représentations à l’œuvre dans les pratiques et discours victoriens sur l’Afrique et les Africains.


[1] Alain Corbin, « Arlette Farge, Le Goût de l’archive », Annales, no 3, vol. 46, 1991, p. 595-597. Recension disponible sur http://www.persee.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *