civilisation vs SHS ?

La diffusion de l’appel à contribution de notre projet a suscité un échange entre Rémi Camus, linguiste à Institut National des Langues & Civilisations orientales – UMR 7110 – http://camus.remi.free.fr/ et Marc Lenormand, doctorant en Etudes anglophones à Lyon 2, membre du laboratoire Triangle UMR 5206 –  Voici la teneur des échanges, reproduits avec leur accord.Rémi Camus:

« Une petite réaction à votre argumentaire pour une petite participation au débat que vous lancez. De manière orthogonale, puisque je suis linguiste.

L’accroche, ce sera le terme même de « civilisationniste », très largement renié par une partie des représentants de ces études. J’observe ce déni chez certains collègues de l’Institut des Langues et Civilisations Orientales et ailleurs, et trouve intéressante votre insistance à le fonder méthodologiquement. Mais de quelle manière?

Votre emploi est apparemment en rupture non seulement avec les connotations surannées que vous dites dans votre texte, mais aussi avec une pratique rampante dans les IUFM.

Anecdotiquement : J’avais été frappé en son temps par des lettres distribuées en exposant dans des annales de CAPES. Certains mots du texte portaient l’indice L, d’autres étaient étiquetés C. Après longues réflexions et moult hypothèses (nous étions 5 autour de cette table de café à nous creuser la tête, dont un président de jury d’examen!), nous avions finalement réussi à établir que… L=langue, C=Civilisation. Et de reconstruire ce que l’auteur du texte avait en tête: tel mot appelant un commentaire de nature grammaticale ou lexicale, tel autre mot suscitant plutôt une réflexion sur l’histoire, la géographie, la littérature… Pour ne retenir que les disciplines qui ont pignon dans les cours de langue dans l’enseignement secondaire; anthropologie, sociologie, philosophie ou géopolitique étant plutôt mis de côté comme on sait.

Ce premier emploi, très large, des études de civilisation se définit donc négativement: tout ce qui ressortit à LLCE en soustrayant les études de langue, littérature et philosophie (et disciplines connexes: philologie, herméneutique etc.). Suivant cette interprétation, comme on sait, les « SHS » sont généralement placées du côté de la « civilisation ».

L’interprétation que vous promouvez est autre, et apparaît au détour d’une parenthèse:

« spécificités de la recherche en civilisation (par rapport à d’autres disciplines comme l’histoire, la sociologie, l’histoire de l’économie, l’histoire de l’art, etc.) ».

Autrement dit, vous placez les études civilisationnistes à l’extérieur des SHS. Ce que confirment ces passages:

« entreprise volontariste d’importation, dans les études de « civilisation », d’objets et de méthodes élaborés dans les sciences humaines et sociales. » (…) « participation des civilisationnistes aux débats contemporains dans les sciences humaines et sociales » (=SHS).

Par conséquent, votre optique – si je l’ai bien comprise – implique que l’ensemble de ce qui est généralement (et si mal) abrégé LLCE se trouve à l’extérieur de ce que recouvre l’autre abréviation: SHS.

Du coup, je peine à saisir de quoi les SHS seront faites!

Si les SHS n’ont pas vocation à prendre la mesure et rendre compte de la variété culturelle (au sens le plus large de ce terme qui inclut, cette fois-ci, les variations linguistique, sociale,  historique…), que sont-elles?

Comment peuvent-elles espérer toucher quoi que ce soit de l’humain et de ses manifestations si elles ne partent pas d’une épreuve initiale de la variation?

Là n’est-il pas le risque de généraliser à l’humanité des données en réalité  ancrées dans un temps et un lieu singuliers? (à l’instar des « Ershiwu Shi », – « 25 histoires officielles » de la Chine Impériale, qui définissaient les barbares – ceux qui définissent en creux la civilisation – par le fait qu’ils « croisaient leur veste sur la gauche »). Avec le risque inverse : de décrire comme purement local et circonstanciel ce qui relèverait de conditionnements systémiques et transversaux.

Du reste, les travaux des « classiques des SHS » sont précisément inscrits au coeur de ce qu’on appelle LLCE. Pour preuve: une bonne partie des ouvrages de la base de Tremblay http://classiques.uqac.ca/ correspond à des travaux qui pourraient être présentés dans les sections de 11 à 15 – en ajoutant 07 et 10 – de l’actuel Conseil National des Universités (CNU – je le connais bien pour avoir siégé dans diverses instances de direction : le départ SHS / LLCE n’est pas un critère revendiqué).

Je pense que ce sera un des enjeux importants du colloque « Nanterre en débat » ( http://www.u-paris10.fr/colloqueSHS, 16 et 17 décembre à venir – dates à vérifier sur le site). Sinon un des enjeux des interventions programmées, nous verrons, au moins un des enjeux des débats. »

 

Marc Lenormand:

« Je trouve particulièrement intéressante votre façon de renverser le questionnement, et ne plus demander « la civilisation fait-elle partie des SHS », mais d’affirmer au contraire : « les SHS sont du côté de la civilisation ».

Vos remarques sur les a priori théoriques qui se dessinent dans le projet scientifique pointent la tension dont nous sommes partis, à savoir : devons-nous penser que la « civilisation » est une discipline à part entière, jouissant de spécificités comme une plus grande attention aux questions linguistiques et culturelles par rapport aux (autres) disciplines des SHS, ou que la « civilisation » n’est qu’un autre mot pour la mise en oeuvre d’un programme de recherche (interdisciplinaire) en SHS pour l’étude d’une aire géographique et culturelle ?

Peut-être cette question n’a-t-elle pas lieu d’être, ou enfonçons-nous des portes ouvertes. Il se trouve néanmoins que nous ne nous reconnaissons pas toujours dans la défense, par certains de nos aînés, d’une vision de la « civilisation » comme discipline autosuffisante. C’est cependant une tension que nous n’avons pas résolu, et qui explique que le projet scientifique que nous avons écrit et que vous citez puisse présenter des visions contradictoires de la recherche en « civilisation ». »

Rémi Camus:

« Oups, petit malentendu : le renversement que vous dites est en fait l’optique généralement retenue dans les IUFM (d’après ce que je crois en savoir, ma généralisation est naturellement caricaturale). Je ne la partage pas, et vous suggère un autre renversement: ne pas s’interroger sur la marginalité des études de civilisation, au contraire réaffirmer bien fort qu’elles sont au centre des SHS au même titre que toutes les études dites (parfois de manière méprisante) « aréales ». Bref, ne pas laisser les SHS à ce que Jean-Claude Milner appelait joliment « l’universel facile ».

Je parlais du colloque de Nanterre parce que c’est de Nanterre qu’est venu une des très rares entreprises allant dans le sens que je vous suggère. Ma collègue linguiste Sarah de Vogüé y  a joué un rôle important dans la mise en place d’un programme de recherche intitulé « Tout Monde » (expression d’Edouard Glissant) précisément voué à combattre cet ostracisme de la part des représentants SHS à l’égard des études aréales. Ostracisme scientifiquement intenable et aux conséquences souvent dramatiques.

Et je parlais de l’Institut des Langues et Civilisations Orientales parce que leur grande affaire est justement qu’on ne saurait étudier les cultures et sociétés humaines sans prendre la mesure de leur variété, sans chercher à aller jusqu’au bout de leur singularité (la question étant: comment s’obtient la singularité?). Questions abondamment discutées depuis Aristote jusqu’à nos jours en passant par Maritain, mais toute cette littérature critique semble hélas être « terra incognita » pour maints hérauts autodésignés des SHS.

Nous en reparlerons puisque ce thème est un des enjeux d’un des groupes de travail de Nanterre où je m’inscris. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *