Comment ne pas mener un programme d’entretiens

Je ne propose pas ici d’énoncer un ensemble de prescriptions exhaustives sur la bonne et la mauvaise façon de mener un programme d’entretiens. Mes ambitions sont plus circonscrites. Par « comment ne pas mener un programme d’entretiens » il faut entendre plus précisément : comment je n’ai pas pu mettre en œuvre le programme d’entretiens que j’avais élaboré. Il s’agit ici, à partir d’un retour critique sur cette expérience, de mettre en avant quelques points méthodologiques concernant le travail de terrain du/de la civilisationniste.

Le projet

Mon travail de doctorat sur la série de conflits sociaux connus sous le nom d’ « hiver du mécontentement » fait appel, entre autres, à la sociologie des mobilisations qui analyse les dynamiques de mobilisation et de passage à l’action. Prenant généralement pour objet des mouvements sociaux contemporains (c’est moins vrai des études historiques menées par l’équipe autour de Charles Tilly, Sidney Tarrow et Doug McAdam), les sociologues des mobilisations utilisent régulièrement des méthodes d’enquête telles que les questionnaires et entretiens.

Aussi j’avais l’intention, lorsque j’ai lancé ce programme de recherche sur l’ « hiver du mécontentement », de procéder à une série d’entretiens avec des acteurs et actrices de ces conflits, notamment des syndicalistes (et éventuellement des hommes et femmes politiques dans un second temps, mais ceux-ci n’avaient pas ma priorité puisque j’estimais qu’il-le-s avaient, la plupart du temps, déjà eu l’occasion de faire valoir leur point de vue à travers des mémoires, autobiographies ou articles de presse).

J’étais conscient des difficultés de traitement et d’interprétation que ne manqueraient pas de présenter des entretiens réalisés trente années après les conflits de 1978-1979. Je savais que, si je pouvais par ce programme d’entretiens légitimement interroger la mémoire de l’hiver du mécontentement, je devrais, pour aborder plus précisément la question de la mobilisation et des tactiques syndicales, problématiser et prendre en compte les effets de construction rétrospective de la réalité qui ne manqueraient pas d’être à l’œuvre dans la description des discours de mobilisation et des modalités d’action. Au moins, ces trente années de recul me prémunissaient de tout risque de penser les propos recueillis à travers ces entretiens comme un matériau brut et immédiat.

J’avais d’ailleurs intégré cette dimension rétrospective et cet approche délibérément mémorielle dans le questionnaire que j’avais élaboré, et dans les termes mêmes des questions que je souhaitais poser (« Do you remember », « What do you think… », « What is your assessment… », « In retrospect… »). Au final cependant, ce n’est pas aux problèmes associés au traitement de récits rétrospectifs que je me suis principalement heurté, mais à la difficulté d’identifier des syndicalistes, leur proposer un entretien et le mener à bien.

Les obstacles à la mise en œuvre du programme

Si je crois que j’avais construit un questionnaire pertinent et mené une réflexion méthodologique efficace sur les biais discursifs et la situation épistémologique du chercheur, je pense en revanche avoir eu une approche incroyablement naïve du travail de terrain. C’est peut-être ma formation de linguiste qui m’a amené à porter une attention fine à la question du langage et des rapports de domination qui le structurent, mais m’a moins préparé à organiser la logistique de l’enquête de terrain. Peut-être avais-je aussi mal mesuré la difficulté qu’il pourrait y avoir à rencontrer les acteurs d’un conflit social vieux de trente ans, car je restais sur l’expérience assez réussie d’une étude que j’avais menée en master 1 sur le Scottish Socialist Party, à partir d’entretiens réalisés avec des responsables et des permanent-e-s du parti au cours d’un séjour finalement assez rapide à Glasgow en 2004.

Au printemps 2008, alors que je n’étais pas encore engagé officiellement en thèse et que mon projet de recherche était balbutiant, j’ai envoyé de manière systématique des courriers électroniques aux syndicats impliqués dans les conflits de l’hiver 1978-1979, leur demandant de me mettre en contact avec des permanent-e-s, délégué-e-s et adhérent-e-s qui auraient participé à ces conflits. Deux difficultés se posent dès ce premier moment. Tout d’abord, le paysage syndical a été complètement reconfiguré par trente ans de fusions entre organisations. Ainsi NUPE et COHSE, deux syndicats du secteur public très impliqués en 1978-1979 dans les conflits dans les collectivités locales et le NHS, ont fusionné avec un troisième syndicat des secteurs publics, NALGO, pour former en 1993 Unison. C’est à cette nouvelle organisation que j’ai adressées mes demandes. Ensuite, je n’ai pas mentionné de noms précis de personnes que j’aurais voulu interroger. Tout d’abord parce que je disposais de très peu de noms, la plupart des responsables syndicaux des années 1970 étant aujourd’hui décédé-e-s. Ensuite parce que j’ai naïvement pensé quelqu’un-e quelque part au sein de ces organisations saurait mieux que moi avec qui il serait intéressant que je m’entretienne. Mon courrier électronique à Unison est resté sans succès. Même chose du côté de la TGWU, qui pourtant n’avait alors pas changé (ce syndicat a depuis également fusionné pour former Unite).

J’ai en revanche obtenu un contact dans le milieu militant écossais grâce à mon directeur de thèse, et ai mené une série de quatre entretiens téléphoniques d’une vingtaine de minutes. Entretiens très intéressants, quoique frustrants par leur durée (mais il me semblait difficile de retenir quelqu’un au téléphone plus longtemps) et par le sentiment qu’on m’en aurait dit beaucoup plus en face-à-face autour d’une table, ou d’une bière. Mais surtout – et une constante de ce projet de série d’entretiens apparaissait déjà – je n’avais aucun contrôle sur l’échantillon des personnes que j’interrogeais. A distance et soumis comme je l’étais au bon vouloir d’anciens syndicalistes insaisissables, j’acceptais les suggestions, et une première personne me donnait les coordonnées d’une seconde, et ainsi de suite… jusqu’à ce que les deux personnes que m’avait suggéré le quatrième syndicaliste ne répondent pas à mes sollicitations, ou me répondent une première fois pour ne plus me recontacter.

Face à ces difficultés, je décidais, lorsque je passais un mois à Londres à l’automne 2008, d’aller frapper directement à la porte des organisations syndicales. Au siège de Unison sur Euston Road, j’obtenais les coordonnées d’un responsable du département recherche, qui se révélait prêt à me rencontrer. Celui-ci, qui avait commencé à travailler pour NUPE à la fin des années 1970, me donnait les coordonnées d’une série de permanents qui avaient travaillé pour NUPE dans les années 1970, et pour certains faisaient toujours partie de l’organisation. Je tenais enfin quelque chose.

Une série d’entretiens biaisés

Même si toutes les personnes qui m’avaient été indiquées n’ont pas répondu à ma sollicitation, j’ai néanmoins pu mener, entre octobre 2008 et février 2009, une série de cinq entretiens, d’une durée de une heure cinq minutes à deux heures quinze minutes, avec d’anciens permanents de NUPE, localisés entre Londres, Bristol et l’ouest de l’Ecosse, retraités pour certains, toujours syndicalistes pour d’autres. Ces entretiens sont pour moi des documents importants. Mes interlocuteurs se sont révélés non seulement chaleureux et prêts à répondre à mes questions, mais surtout dotés d’une mémoire détaillée des conflits de l’hiver 1978-1979 et capables de développer des analyses précises des transformations du monde du travail et du syndicalisme dans les quarante dernières années.

Et pour cause. Quatre de ces cinq intervenants sont d’anciens membres du parti communiste de Grande-Bretagne. Par le même effet que celui que je signalais plus tôt, à savoir un biais très fort du profil des personnes de mon échantillon du fait de mes difficultés d’accès au terrain, je me retrouve avec cinq hommes, blancs, âgés de 55 à 65 ans, pour la plupart d’entre eux anciens membres du PC et ayant occupé des positions de responsabilité au sein d’une même organisation syndicale.

Ils n’ont certes pas tous le même rapport aujourd’hui à leur expérience communiste et au travail syndical effectué dans les années 1970. On note une forte différence d’appréciation concernant la décennie militante 1969-1979 entre celui qui est devenu travailliste à la fin des années 1970 et a connu une ascension rapide au sein de la hiérarchie du syndicat pour devenir dans les années 2000 un New Labour grandee à la tête de quangos, et ceux qui ne sont plus aujourd’hui communistes pour la seule raison que le parti s’est dissous en 1990, ce qu’ils ne manquent pas de regretter.

Néanmoins, mon échantillon manque alors fortement d’ancien-ne-s délégué-e-s et de simples adhérent-e-s, de femmes et de minorités. Parce que je suis passé par les structures centrales du syndicat, c’est aux responsables que j’ai eu accès, pas à des syndicalistes et des travailleurs occupant des positions subalternes dans leur travail et dans les organisations syndicales. J’ai demandé à ces cinq syndicalistes s’ils pouvaient me mettre en contact avec d’autres personnes. L’un m’a conseillé de chercher plutôt à parler avec des employeurs et des hommes politiques. D’autres m’ont proposé un coup de main. Une combinaison de facteurs, dont la difficulté de maintenir une relation de travail à distance, le caractère légitimement secondaire de mes demandes par rapport à un travail syndical et militant éprouvant que plusieurs d’entre eux continuent de mener, et le contexte français de grève et de mobilisation contre la LRU et ses conséquences, expliquent probablement que mon programme d’entretiens en soit resté là, et n’ait jamais connu les suites que je projetais.

La réorientation du projet

Par ailleurs, j’ai appris à la même époque, c’est-à-dire au tournant de 2008-2009, qu’une doctorante de l’université de Manchester menait également un travail de recherche sur les conflits sociaux de l’hiver 1978-1979. Tara Martin, c’est son nom, a mené un vaste programme d’entretiens avec des syndicalistes impliqués dans les conflits de l’hiver 1978-1979. Travaillant sous la direction de la sociologue féministe Sheila Rowbotham, elle a notamment interrogé une série de femmes qui se sont mobilisées en 1978 souvent en tant que simples travailleuses, et qui suite à l’expérience de ce conflit ont occupé des positions de déléguées et de responsables locales. Ces entretiens ont donné lieu à des communications et des articles tout à fait stimulants, qu’il ne me semble ni possible ni souhaitable de vouloir concurrencer ou même vaguement imiter.

Je me retrouve donc avec un moignon de programme d’entretiens, difficile de soumettre à une grille d’analyse, ne serait-ce qu’orientée vers la seule question de la mémoire syndicale. En revanche, les éléments fournis par mes interlocuteurs syndicaux, et notamment leurs descriptions détaillées des tactiques syndicales mises en œuvre, leurs analyses des relations entre permanents, délégués locaux et travailleurs en lutte et leurs réflexions rétrospectives sur la place des travailleuses femmes dans ces conflits, ont orienté le questionnement auquel j’ai soumis les archives syndicales de la période, et donné une véritable épaisseur à ces documents. Parce qu’une des conséquences de l’échec de mon programme d’entretiens et de la rencontre avec le travail de Tara Martin, c’est que je fais aujourd’hui résolument une thèse sur archives…

Conclusion : le civilisationniste, ses sources et son terrain

Je ne sais pas si l’on peut tirer de mon expérience des conclusions sur le rapport du civilisationniste à son terrain et à ses sources. A la différence des historien-ne-s de périodes antérieures dont les sources sont relativement stables et composées principalement d’archives, les historien-ne-s du temps présent et les socio-historien-ne-s se trouvent devant l’obligation intellectuelle – qu’il-le-s se voient imposé ou qu’il-le-s choisissent de s’imposer – de chercher à rencontrer directement les acteurs et actrices dont ils étudient les actions vingt, trente, quarante ou cinquante ans plus tôt, et qui se révèlent souvent plus difficiles à localiser et moins unidimensionnels que des caisses d’archives. Quand bien même les historien-ne-s ou les sociologues ont mené un travail réflexif sur leurs pratiques et élaboré des protocoles d’enquête qu’ils jugent scientifiquement adéquats, les récits rétrospectifs des acteurs ne peuvent manquer d’orienter en retour leurs programmes de recherche, tout comme le fait l’examen des archives. Si les interprétations fournies par les acteurs doivent être objectivées comme récits ou constructions discursives, elles n’en construisent pas moins une réalité sociale qui modifie et déplace l’objet originel de l’historien-ne.

Il est dès lors important de problématiser les biais présents dans la constitution de son échantillon d’entretiens, de même qu’il est nécessaire de prendre pour objet l’histoire des archives à travers lesquelles on fait l’histoire de son objet. Comment ces archives sont arrivées ici ? Qui les a rassemblées, en suivant quelle procédure ? Que me disent les choix opérés par les acteurs, les actrices et les archivistes dans la collecte et l’organisation des archives sur les enjeux politiques et symboliques qui structurent mon objet ? Et pareillement, suis-je en mesure de rendre compte de la constitution de mon échantillon d’entretiens ? Qui sont les personnes que j’interroge, et quelles sont les relations qu’elles entretiennent ? Plus important peut-être encore, qui est absent de ce programme d’entretiens ?

Dans le cas spécifique de mon programme d’entretiens, je pense précisément que mon erreur vient d’avoir pensé que je pouvais d’abord rencontrer toutes les personnes que je pouvais, au petit bonheur la chance et en me reposant sur la disponibilité et la sympathie de mes interlocuteurs syndicalistes – qui sont effectivement remarquablement disponibles et particulièrement sympathiques, et ensuite procéder à une rationalisation post-hoc des entretiens que j’aurais réalisés, dans une vision naïve et spontanéiste de la recherche dans laquelle je ne me reconnais au final pas vraiment. Sans programme de recherche clair, cadré scientifiquement et planifié logistiquement, sans critères précis de sélection des interlocuteurs et sans horizon d’hypothèses, l’errance dans les archives et sur le terrain, dont nous savons comment elle peut être productive, risque de ne pas mener très loin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *