De l’intérêt d’être sur place

Dans un billet précédent, j’ai brièvement présenté mon projet de recherche. Voici quelques réflexions  sur l’année que j’ai passée à Glasgow en 2009-2010.

Il faut d’abord garder à l’esprit que j’ai travaillé toute l’année à temps complet dans un établissement du secondaire et que le temps que j’ai pu consacrer à mes recherches était donc compté. Par la force des choses, j’ai envisagé les possibilités que m’offrait ce long séjour dans leur durée, en laissant en quelque sorte le temps faire son œuvre. Rester aussi longtemps au cœur de mon sujet d’étude m’a permis de m’imprégner de la ville, de la parcourir hors des sentiers battus, de l’observer, de faire le lien entre les différents quartiers et de confronter mes lectures (et leur interprétation) sur son histoire lointaine et plus récente, et sa régénération urbaine, à la réalité du terrain. De sa période d’industrialisation exponentielle, Glasgow a conservé un héritage urbain et architectural riche, même si une grande partie de l’habitat ouvrier traditionnel a été rasé dans les années 1960. Être sur place était donc fondamental pour mettre en contexte et me forger une vision globale des affres (et réussites) de sa régénération physique. Cela m’a aussi permis de saisir les contrastes et l’esprit de la ville, la permanence de sa culture populaire qu’on ne peut saisir qu’avec des rencontres et des discussions avec ses habitants, des connaissances de connaissances qui ont beaucoup à raconter et qui bien souvent sont contentes de partager leur expérience. Si ces rencontres informelles ne constituent pas nécessairement un corpus scientifique à partir duquel on peut bâtir une réflexion argumentée (c’est notamment le cas lorsque l’on aborde la question du sectarisme religieux), elle me sont apparues comme nécessaires pour comprendre ce qu’est Glasgow et, par là même, valider certaines intuitions et/ ou conclusions.

Très clairement, ce long séjour m’a permis de donner une épaisseur et une réalité à ce qui n’était qu’intuition auparavant. Il m’a permis d’infléchir assez significativement mes axes de recherche, de rendre accessoires un certain nombre de questions et de (re)définir très clairement ma problématique. Sans un tel séjour, il m’aurait été difficile de percevoir que c’est la question de l’identité de la ville qui est au cœur de son processus de régénération et des réactions d’opposition qu’il a suscitées. Identité et protestations sont les deux éléments récurrents et sous-jacents à tous les autres aspects de la régénération de la ville. Ils en sont le dénominateur commun. Une chose est sûre, mon travail de recherche aurait été désincarné sans ce long séjour et il me semble que les quelques courts séjours de recherche que j’aurais effectués si je n’avais bénéficié de ce programme de mobilité ne m’auraient pas permis de saisir ceci avec autant d’acuité. Il est fort probable que j’aurais passé le plus clair de mon temps en bibliothèque (à la Mitchell Library, mais pas dans les trois bibliothèques de quartier que j’ai régulièrement fréquentées) et que je n’aurais pas posé le pied dans les Gorbals, et encore moins à Castlemilk, à Govan ou à Dalmarnock.

Un des principaux atouts d’un aussi long séjour est finalement d’avoir le temps de rencontrer les « bonnes » personnes. Je n’avais de programme d’entretiens défini à priori. Les rencontres que j’ai faites m’ont progressivement amené vers des sources que je n’aurais pas spontanément sollicitées et, a contrario, m’ont aussi détourné de sources que j’aurais identifiées comme évidentes et indispensables. Ainsi, bien que la Mitchell Library soit un endroit incontournable pour le chercheur qui travaille sur l’Écosse en général et Glasgow en particulier (la Glasgow Room est une mine de documents), je n’en ai pas forcément fait un lieu privilégié de recherches – en tout cas pas le seul, ni le premier.

J’ai principalement conduit mes recherches dans 5 directions :

Le travail en bibliothèque: la Mitchell Library et trois bibliothèques de quartier : celle des Gorbals, la bibliothèque du Couper Institute à Cathcart et celle de Castlemilk.

Les entretiens: En suivant le conseil d’un professeur de sciences sociales appliquées de l’université de Sterling, je me suis adressé « aux personnes dont je pensais qu’elles pouvaient m’être utiles ». Il en ressort qu’il n’apparaît pas de grande rationalité, ni de fil conducteur vraiment identifiable dans les entretiens, finalement pas très nombreux, si ce n’est qu’ils étaient ciblés : je voulais profiter de ce long séjour pour conduire des entretiens qui couvrent chacun des thèmes importants de mon travail de recherche. Les entretiens que j’ai sollicités avaient été réfléchis dans le sens où j’ai pris le temps de les sélectionner. J’ai conduit mes entretiens au printemps 2010, alors que le séjour touchait à sa fin. Toutefois j’ai essuyé quelques refus ou absences de réponse. Certains entretiens restent à faire – j’espère pouvoir les réaliser l’été prochain. les rencontres informelles ont également été très utiles.

Certains entretiens m’ont ouvert quelques perspectives, d’autres m’ont surtout permis de « valider » des conclusions sur des travaux antérieurs (les partenariats public-privé)

Parmi les entretiens très utiles: quelques agents de la ville de Glasgow travaillant au service de régénération, des résidents des Gorbals et de Castlemilk impliqués dans la vie locale, la responsable de la collection d’histoire sociale de la ville, le conservateur du Scottish Football Museum, le conservateur du Scottish Jewish Archives Centre. Je ne peux oublier de mentionner leur très grande disponibilité.

Le Glasgow Museum Resource Centre:

http://www.glasgowlife.org.uk/museums/our-museums/glasgow-museum-resource-centre/Pages/default.aspx

Le Scottish Football Museum (à Hampden Park)

http://www.scottishfootballmuseum.org.uk/scottish_football.cfm?curpageid=342

Le Scottish Jewish Archives Centre

http://www.sjac.org.uk/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *