Les « espaces alternatifs » dans le paysage muséal new-yorkais de 1969 à 1985: enjeux artistiques et politiques.

Je me propose de donner ici une présentation détaillée de mon sujet de thèse et de l’état de mes recherches. Au cours de cette première année de thèse, le travail a essentiellement porté sur quatre éléments: la clarification de la notion d’ « espaces alternatifs », la délimitation des enjeux problématiques qui guideront l’analyse du corpus, la prise en compte de la nature fragmentaire des archives dans la définition du corpus, enfin la constitution du corpus lui-même.

La notion d’ « espace alternatif »:

Les espaces alternatifs sont des espaces de création et d’exposition artistique qui voient le jour à la fin des années 1960 dans le sud de Manhattan, sous l’impulsion d’artistes individuels, de groupes d’artistes, ou bien d’artistes organisés en coopératives. Ces espaces se situent par définition en marge de la scène artistique traditionnelle, dominée par les institutions muséales et les galeries marchandes new-yorkaises, sans toutefois représenter un ensemble de lieux homogène. Les espaces alternatifs se distinguent au contraire par la singularité de leurs profils, qui se remarque à travers la diversité architecturale des espaces qu’ils occupent ou l’hétérogénéité de leurs activités artistiques et modes de fonctionnement.

L’expression « espaces alternatifs » désigne ainsi originellement une dizaine d’espaces qui voient le jour à SoHo à partir de 1969, espaces dont l’objectif premier est de permettre la création et l’exposition de nouvelles formes artistiques d’avant-garde ( Delahoyd, 1981). L’expression acquiert ensuite, au cours des années 1970 une acception beaucoup plus large, sous l’influence du « mouvement artistique alternatif » ( Ault, 2002) qui se veut la traduction sur la scène artistique new-yorkaise d’un mécontentement social et politique croissant, cristallisé autour de la guerre du Vietnam et la reconnaissance des droits civiques des minorités raciales et sexuelles. Dans l’introduction de son livre consacré à ce mouvement, Julie Ault dresse ainsi la liste de plus de soixante-dix noms faisant référence à des collectifs d’artistes, des groupes d’action et des espaces tous dits « alternatifs ».

Au cours des années 1970, l’ expression «espaces alternatif» en vint donc à désigner un ensemble très hétérogène d’une quarantaine d’espaces aux ambitions artistiques et politiques diverses, cependant classables en trois grandes catégories: les espaces alternatifs communautaires, les espaces féministes, et les espaces sans ambition politique explicite, consacrés exclusivement à la diffusion de nouvelles formes d’art ( livres d’artistes, vidéo…).

Face à la diversification des espaces alternatifs au cours des années 1970, l’enjeu d’une étude doctorale sur ce sujet devient donc celui du choix d’ axes problématiques qui permettront de travailler à la fois sur la pluralité des enjeux artistiques développés dans ces espaces ainsi que sur le concept plus générique d’ « espaces alternatifs », entendu au sens littéral du terme: des espaces volontairement situés en marge du système artistique marchand et institutionnel.

La définition des axes problématiques.

La position marginale que les espaces alternatifs occupent par rapport aux musées et galeries marchandes de New-York offre un premier axe de recherche qui vise à comprendre les rapports entre institution muséale, système marchand, et espaces alternatifs. Dans un deuxième temps, le contenu et les ambitions artistiques de ces espaces fournit un nouvel axe problématique qui pose la question de la transformation et du renouvellement des formes artistiques dans les années 1970. Enfin, le troisième axe concerne les acteurs eux-mêmes et les nouveaux modes d’organisation sociaux que représentent ces espaces par rapport aux deux autres systèmes, institutionnels et marchands, qui structurent la scène artistique new-yorkaise.

Le contenu problématique de ces trois axes de recherche ( statut des espaces alternatifs sur la scène artistique new-yorkaise, contenu artistique de leurs activités, sociologie de leur organisation) revient à envisager les espaces alternatifs à travers le concept d’avant-garde. Deux questions se posent alors: pourrait-on définir les espaces alternatifs du début des années 70 comme des lieux d’ avant-garde artistique? Quelles seraient les modalités de cette définition?

Si le concept d’avant-garde est loin de faire l’objet d’une définition consensuelle et reste un concept évolutif depuis le milieu du 19ème siècle ( Crane 1987), le concept apparait néanmoins ici comme un outil d’analyse pratique et efficace. Il permet dans un premier temps d’adopter un point de vue d’ensemble sur ces espaces et ainsi d’assurer la cohérence d’ un corpus nécessairement composé de lieux aux ambitions artistiques variées. Il permet dans un deuxième temps d’envisager les espaces alternatifs selon une perspective dynamique de rupture et de renouvellement qui semble correspondre à l’ambition des artistes qui les animent.

Le deuxième grand axe problématique réintroduit le contexte politique et culturel qui entoure la naissance de ces espaces. Leur apparition à New York est en effet contemporaine du mouvement artistique alternatif dont il a été question plus haut déjà. Le caractère contemporain de ces deux événements interroge leurs rapports réciproques: les espaces alternatifs sont-ils une excroissance spatiale de ce mouvement de contestation? quels rôles jouent ces espaces dans la diffusion des messages contestataires? Cette dernière question reviendra ainsi à s’interroger sur l’éventuelle politisation des activités artistiques des espaces alternatifs, y compris pour ceux dont les buts initiaux sont moins politiques qu’artistiques.

La nature fragmentaire des archives:

Le fonctionnement non-institutionnel et la gestion administrative très légère, parfois même inexistante, des espaces alternatifs, a rendu la disponibilité de leurs archives aux chercheurs quelque peu problématique. Le manque de documents d’archive est d’autant plus avéré pour les espaces qui ont eu une durée de vie très courte, ainsi que pour ceux qui n’ont fait l’objet d’aucune institutionnalisation au cours de leur existence. Pour certains espaces, les archives sont en cours de traitement et encore inaccessibles aux chercheurs ( c’est le cas de P.S.1). La sélection du corpus devra ainsi tenir compte de cette contrainte documentaire qui viendra soit restreindre la composition du corpus, soit établir une hiérarchie entre les espaces étudiés, qui feront nécessairement l’objet d’une étude plus ou moins approfondie.

Les enjeux méthodologiques et problématiques du corpus:

Dans un souci de cohérence face aux problématiques abordées, je m’intéresserai à la première vague d’espaces qui voient le jour à SoHo à partir de 1969. Les limites chronologiques de l’étude correspondent pour le moment à celles établies par la première exposition rétrospective sur les espaces alternatifs, organisée au New Museum en 1981: Alternatives in Retrospect, An Historical Overview, 1969 -1975 (Delahoyd, 1981). Cette première vague d’espaces qui voient le jour à SoHo de 1969 à 1975 s’achève avec l’apparition d’espaces alternatifs aux structures déjà bien plus complexes, tel que P.S.1 dans le Queens, ou The New Museum, musée qui ouvre en 1976 à SoHo. L’étude du corpus respectera ensuite la chronologie interne de chacun de ces lieux et l’évolution de leurs activités jusqu’en 1985. Cette année, établie par Julie Ault pour marquer l’essoufflement du mouvement alternatif new-yorkais, représente pour le moment la limite chronologique la plus pertinente.

Les décisions à venir

L’enjeu d’un premier voyage d’étude, imminent, à New York sera donc d’établir avec précision le corpus. En dépit des délimitations apportées ci-dessus, qui font déjà apparaître un ensemble d’espaces définis1, il semble nécessaire d’établir un deuxième corpus encore plus restreint d’espaces qui disposent d’un système d’archives cohérent. La composition de ce deuxième corpus d’espaces devra naturellement se justifier d’un point de vue scientifique ( pertinence par rapport aux problématiques abordées, exemplarité, richesse des archives…) et fera l’objet d’ une analyse plus approfondie, dont les problématiques particulières viendront s’ajouter aux axes de recherche évoqués ci-dessus.

  • Julie Ault, Alternative Art in New York, 1965-1985, University of Minnesota Press, New York, 2002
  • Diana Crane, The Transformation of the Avant-Garde, The New York Art World, 1940-1985, The University of Chicago Press, Chicago, 1987.
  • Mary Delahoyd, Alternatives in Retrospect: An Historical Overview, 1969-75, The New Museum, Exhibition catalogue,New York, 1981.

1Apple, Gain Ground, 98 Greene Street, Women’s Interart Center, 55 Mercer street, 112 Greene street workshop, The Kitchen, The Institute for Art and Urban Ressources, AIR Gallery, Artists Space, Creative Time, The Alternative Museum.


Cristelle Terroni

agrégée d'anglais, doctorante à Lyon 2 en civilisation américaine, rattachée au laboratoire Triangle UMR 5206

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *