Renseignement et contre-espionnage entre Dublin, Londres et Edimbourg de 1845 à 1945

Bien que je ne sois qu’en première année de doctorat, je vais tenter de présenter mon travail de recherches en définissant tout d’abord les termes de mon sujet de thèse, en développant mes méthodes d’investigation, puis en problématisant son étendue temporelle et son aire géographique, pour terminer par une présentation de mes sources principales.

La surveillance était l’un des mots-clés de mon master puisque sa première année fut dédiée à l’étude des prisons de Dublin de 1796 à 1924 et la deuxième, à la rédaction d’une étude comparative des prisons de Dublin et de Londres de 1789 à 1901. La diversité et l’ingéniosité des méthodes de surveillance que les britanniques mettent en place en Irlande et surtout à Dublin au XIXème siècle m’ont amenée vers ce sujet. En effet, Londres crée la police métropolitaine, les patrouilles de quartiers, les surveillances de paroisses et envoie même ses troupes pour maîtriser l’île d’Erin. Or malgré cela, l’île rebelle continue de se révolter. Ainsi, l’efficacité de la surveillance d’un pays par un autre semble résider dans le mélange d’une surveillance organisée et officielle avec une surveillance non officielle réalisée à l’insu du pays observé. C’est là que le renseignement et l’espionnage prennent toutes leurs valeurs. Toutefois, lorsque le pays surveillé découvre qu’il est espionné, il peut développer ses services de contre-espionnage afin de distiller de fausses informations dans les réseaux de renseignements ennemis. C’est ainsi qu’est né mon sujet de thèse : « Renseignement et contre-espionnage entre Dublin, Londres et Edimbourg de 1845 à 1945 ». Un sujet placé sous le signe de l’ambigüité et de la duplicité, et un savant mélange entre le mensonge et la vérité, l’être et le paraître symbolisé par ces prisonniers politiques irlandais, membres à la fois du Daἱl et de Westminster, déchirés entre leur pouvoir et leur image, entre la vérité et le mensonge, et entre leurs promesses et leurs actions. Cette duplicité se retrouve dans la définition même des mots-clés : « renseignement » et « contre-espionnage ».  Le renseignement fait référence à des informations estimées pour leurs valeurs et leurs pertinences. Et, par extension, le mot désigne le processus d’obtention des renseignements (récoltes d’informations, analyse et diffusion), ainsi que le domaine d’activité professionnelle. Lorsqu’il s’avère que cette collecte d’informations est effectuée de manière clandestine, le service du renseignement se transforme en service d’espionnage. Seul le terme de « renseignement » apparaît dans mon intitulé, mais il semble qu’il aille de pair avec celui d’« espionnage » dans les relations anglo-irlandaises du début du XXème siècle. En effet, lorsque le premier se révèle inefficace ou trop subjectif comme dans le cas de l’Irlande du Nord entre 1923 et 1925, la surveillance secrète clandestine devient nécessaire pour une meilleure connaissance de son ennemi et est utilisée dans les deux camps.[1] Le contre-espionnage vise, quant à lui, à rechercher, identifier et contrecarrer les activités d’espionnage. Il s’inspire de ses méthodes qui consistent à écouter des communications, à surveiller des suspects ainsi que des personnels diplomatiques légitimes qui pourraient avoir des liens avec des espions, et à utiliser des agents doubles. En fait, le contre-espionnage est un service de désinformations qui a pour but de tromper les espions.

La problématisation de mon sujet découle des termes de son intitulé puisqu’ils définissent un jeu de va-et-vient entre les pays grâce à des diffusions et collectes secrètes d’informations, plus ou moins vraies et vérifiables, et de méthodes et de subterfuges utilisés pour contrecarrer l’ennemi. Toutefois, cette problématisation « naturelle » n’est pas sans poser problèmes car elle est basée sur la subjectivité. En effet, l’Irlande, qui subit le renseignement britannique au XIXème siècle, ne voit pas les événements historiques et le rôle des espions de la même manière que Londres. Certes, l’espion britannique peut incarner le héros qui déjoue les subterfuges des révolutionnaires dublinois et fait avorter les soulèvements irlandais, mais l’espion irlandais, infiltré à la solde des anglais, peut lui, être perçu comme un traitre envers sa patrie. De son côté, le gouvernement irlandais et notamment Michael Collins, chef du contre-espionnage pendant la guerre d’Indépendance, épie et surveille aussi tous les faits et gestes de son ennemi en l’espionnant soit par le biais de l’Irlande du Nord soit  directement dans son propre pays. Il essaie aussi de démasquer et d’éliminer un maximum d’espions britanniques sur le sol irlandais. Pour conclure, le discours des uns est parfois déclaré pour faire réagir les autres, les narguer, les fourvoyer ou les manipuler ; alors comment savoir où est la vérité ?

Les aspects humain et social d’une étude qui essaie d’analyser l’impact des lois et des décisions gouvernementales sur la population qu’elle soit irlandaise, anglaise ou écossaise sont privilégiés dans mon travail. La paranoïa que Jack l’éventreur suscita au sein de la population londonienne au XIXème siècle, ou encore la grande peur des espions : «the  spy mania wave »[2] qui est née du nombre incalculable d’espions britanniques envahissant les rues de Dublin au début du XXème siècle, en sont de parfaits exemples. Cette approche s’en trouve encore plus subjective et peut-être moins historique au sens premier du terme, puisqu’elle n’est pas basée uniquement sur des faits et des événements. Cependant, les réactions des populations me semblent tout aussi importantes car elles rebondissent sur l’histoire et en changent parfois l’évolution ou la tournure. Pour reprendre l’exemple de la peur des espions, Michael Collins, chef du contre-espionnage irlandais, a fini par soupçonner, traquer et exécuter bon nombre d’irlandais innocents qu’il croyait investis de missions d’espionnage à la solde des anglais[3].

Au cours de mes travaux de recherches, il m’est apparu nécessaire d’investiguer les méthodes de renseignement et de sécurité qui se sont développées autour de la Mer d’Irlande à compter de la crise de la Grande Famine de 1845-1850 et des conséquences politiques subséquentes. Elle a déclenché le processus d’Indépendance en Irlande qui a amené l’Ecosse à l’imiter dès avant la fin du XIXème siècle. Les conflits mondiaux de 1914-1918 puis 1939-1945 ont contraint les services britanniques de renseignement militaire et de sécurité intérieure à surveiller tant l’Irlande que l’Ecosse. De surcroît, les tensions entre l’Irlande, l’Ecosse et l’Angleterre sont séculaires. En effet, l’Ecosse qui s’est inspirée des soulèvements Irlandais du XIXème siècle, ne s’est pas plus intégrée au Royaume-Uni que l’Irlande, comme le montre le processus de dévolution des pouvoirs actuels. La triangulaire Dublin-Londres-Edimbourg est intéressante à analyser, dans la mesure où les trois nations sont à la fois liées par des traités, partagent certains modes de fonctionnement, et nourrissent malgré tout, des idées identitaires qui leur sont caractéristiques. Le choix des trois capitales permet de limiter le sujet mais aussi de se concentrer sur les principaux bouleversements puisque les capitales sont le lieu de révoltes et de soulèvements mais aussi, les symboles des trois pays. Cependant, cette approche reste restrictive puisqu’elle n’inclut pas toute une partie de la population rurale souvent plus nombreuse, mais qui reste moins représentative des évolutions, des changements ainsi que des luttes et combats entre les différents pays.

Le but premier de mes recherches est celui d’analyser les événements qui ont poussé à la création des services secrets britanniques (MI-5 et MI-6) en 1909 ainsi qu’à leurs développements. Cette étude s’étale sur cent ans et semble se diviser en quatre grandes périodes : 1845-1916 (échecs des soulèvements), 1916-1922 (guerre d’Indépendance), 1922-1925 (« guerre froide irlandaise »[4]), 1925-1945 (vers la république). 1845 symbolise la Grande Famine pour l’Irlande et le début des combats pour l’Indépendance contre l’Angleterre. La fin de la deuxième guerre mondiale, où Age d’or de l’espionnage britannique, permet de clore cette étude alors que l’Irlande se rapproche de 1949 : date de son indépendance totale  envers la Grande-Bretagne.

Finalement, les archives de documents top secrets et non accessibles au public jusqu’en 2017 le sont devenues plus tôt. Cet élément important dans la vie de tout chercheur fait qu’un grand nombre de nouveaux livres depuis 2008 traitent du renseignement, de l’espionnage et du contre-espionnage jusqu’alors quasiment non traités. Les archives semblent être la meilleure source puisqu’elles livrent les faits bruts, mais la difficulté est bien celle d’interpréter les sources premières sans prendre parti. En effet, dans les archives que j’ai consultées, les chiffres se contredisent et diffèrent, les troupes britanniques ont tendance à exagérer le nombre des forces irlandaises ou le pouvoir républicain de l’IRA afin que leurs victoires semblent plus glorieuses et leurs lois justifiées. Mais, lorsque la narration des faits est vraiment correcte, comment différencier la vérité de l’exagération, le vrai du faux? Une étude comparative permet de relativiser les événements en ayant différents points de vue sur le même fait, mais comment analyser et interpréter objectivement? Les journaux de l’époque semblent aussi être une source intéressante afin de palper les réactions des différentes populations face à tel ou tel fait historique, ceci bien qu’ils restent très subjectifs et dépendants des points de vue des journalistes. Certains journalistes ou éditeurs  sont même des espions comme Charles Bretherton, correspondant à Dublin pour le Morning Post et espion britannique depuis la première guerre mondiale. Le Daily Mail et le Morning Post publient aussi des informations top secrètes à des fins politiques[5]. Le renseignement permet donc de manipuler les gouvernements mais a aussi un impact direct sur les populations. Finalement, les romans d’espionnage fleurissent au XIXème et XXème siècle, ils fournissent soit un portrait idéalisé de l’espion avec tous ses gadgets, ses missions secrètes et ses conquêtes féminines chez Iain Fleming ou John Le Carré, soit une vision sombre de personnages enfermés dans un monde de mensonges et de manipulations comme dans The Secret Agent de Joseph Conrad. Cependant, derrière ces images édulcorées ou sombres, on peut entrevoir une certaine réalité qui laisse transparaître l’idéal ou la peur d’une société donnée, à une période donnée, puisque la première image de l’espion correspond plutôt à la deuxième partie du XXème siècle, alors que celle de Conrad dépeint  la société de la fin du XIXème.

Pour conclure, la difficulté majeure de ce travail de recherche réside dans le fait même qu’il traite d’actions secrètes menées entre différents pays qui se haïssent. Les secrets sont par définition des mystères, des faits que l’on ne dit pas, que l’on n’avoue pas. Or, lorsque ces secrets sont révélés, ils ont souvent de lourdes conséquences. Ainsi la question suivante mérite d’être soulevée : les gouvernements de chacun des pays permettent-ils réellement aux historiens d’avoir accès à toutes leurs sources ? Certains documents ne seront peut-être jamais accessibles au public et les plus grands secrets resteront certainement cachés à tout jamais. L’historien n’aura donc qu’une vision fragmentée et incomplète du problème ou de la question qu’il essaie de traiter.

Emilie Berthillot – Avril 2010 – fichier word

 


[1] Paul McMahon, British Spies and Irish Rebels: British Intelligence and Ireland 1916-1945, The Boydell Press, Woodbridge, 2008, p.175-215.

[2] Paul McMahon, British Spies and Irish Rebels: British Intelligence and Ireland 1916-1945, The Boydell Press, Woodbridge, 2008, p.12-45.

[3] Paul McMahon, British Spies and Irish Rebels: British Intelligence and Ireland 1916-1945, The Boydell Press, Woodbridge, 2008, p.175-215.

[4] Paul McMahon, British Spies and Irish Rebels: British Intelligence and Ireland 1916-1945, The Boydell Press, Woodbridge, 2008, p.177.

[5] Paul McMahon, British Spies and Irish Rebels: British Intelligence and Ireland 1916-1945, The Boydell Press, Woodbridge, 2008, p.175-215.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *