New Lanark: village industriel modèle et mythe fondateur du socialisme britannique, 1785-1825

Mon travail de doctorat porte sur le village écossais de New Lanark, communauté industrielle « modèle » qui connut une véritable heure de gloire en Grande-Bretagne et au-delà entre la fin du dix-huitième siècle et les années 1825. Je me livrerai ici à une série de remarques qui porteront tour à tour sur la délimitation de mon objet et de mes axes de recherche, les difficultés historiographiques et épistémologiques rencontrées à cette occasion, et les choix méthodologiques qui en ont résulté.

I. Présentation du sujet et problématique

Fondé en 1785 sur les rives de la Clyde, au sud-est de Glasgow, le village industriel de New Lanark possède a priori un statut paradoxal. Filature de coton rentable, et en cela fleuron de la Révolution Industrielle naissante, l’usine a en outre été dirigée selon des principes philanthropiques par ses deux premiers dirigeants: son fondateur, David Dale, et le gendre de celui-ci, Robert Owen, à la tête de l’entreprise de 1800 à 1825. Puissant négociant en textile de Glasgow, Dale est en outre un homme d’une grande piété, acquis au courant évangélique, qui prône notamment l’action philanthropique. C’est ainsi que Dale met en place à New Lanark une série de mesures visant à garantir à sa main d’œuvre des conditions de vie et de travail supérieures à la moyenne de l’époque: logements décents, politique hygiéniste, création d’une école maternelle et primaire, etc. Dès sa fondation, New Lanark est perçu à la fois comme une curiosité et comme une communauté industrielle exemplaire, et attire de nombreux visiteurs, simples touristes, mais aussi hommes politiques, têtes couronnées et réformateurs sociaux.A son arrivée à New Lanark, Owen perpétue l’héritage de Dale, mais à une échelle plus poussée, notamment en matière d’éducation. De plus, Owen n’envisage pas New Lanark comme un village industriel parmi d’autres, mais comme le lieu d’une véritable expérience, qui aboutit peu à peu à la formation de l’une des premières théories socialistes: l’owénisme.

Mes travaux de recherche s’organisent autour de la problématique suivante: quelle place pour New Lanark dans le discours socialiste britannique? En effet, au-delà des divergences conceptuelles, théoriciens et historiens s’accordent pour voir en Owen l’un des tenants du « socialisme utopique », aux côtés de Saint-Simon et Fourier. Dans cette perspective, New Lanark apparaît comme l’un des lieux fondateurs du socialisme moderne, et a ainsi acquis, au fil du temps, un statut mythique qu’est venu parachever le classement du site au patrimoine de l’humanité en 2001. Ce projet d’étude se situe donc au carrefour de l’histoire locale, de l’histoire sociale et de l’histoire des représentations.

II. New Lanark et son système de représentations

Comment faire la part des choses entre un ensemble de données historiques et les discours qui lui sont attachés? La gageure est d’autant plus grande lorsque l’on se propose d’étudier un mythe, lorsque la fiction en vient à dépasser la réalité.On s’aperçoit, après étude de l’historiographie sur New Lanark, Owen et l’owénisme, que le village-usine des bords de Clyde a été figé dans un système de représentations binaires et antithétiques, dont aucune n’apparaît pleinement satisfaisante.

1. La légende dorée: New Lanark comme « vallée heureuse » et « église-mère » du socialisme britannique.

Cette conception a été popularisée par Owen lui-même et ses disciples. Elle a influencé divers courants du socialisme britannique, tels que le mouvement coopératif, ou encore la société fabienne, qui, comme Owen, prônaient un socialisme garant du bonheur collectif et individuel au sein d’une société sans classes, harmonieuse parce qu’égalitaire. Ce socialisme non-révolutionnaire, aux antipodes du courant marxiste, a en outre été coloré de résonances patriotiques, puisque cet idéal de modération a été considéré par ses tenants comme indissociable de l’identité nationale britannique. De fait, cette perception a depuis été reprise par une majorité d’historiens au Royaume-Uni, et constitue une lecture de l’owénisme qualifiée de « néo-orthodoxie britannique ». [1]

2. La légende noire: New Lanark comme avatar de la pensée utopique

Nous avons ici affaire à la vision classique de l’owénisme, initiée par la critique du socialisme « utopique » à laquelle Marx et Engels se sont livrés dans le Manifeste communiste. Les théories de Fourier, Saint-Simon et Owen sont qualifiées d’ « utopiques », au sens de « chimérique », «  illusoire » car elles prônent un socialisme antirévolutionnaire, qui manque de ce fait de reconnaître l’importance de la lutte des classes. Par conséquent, le socialisme utopique est rétrograde, contraire au sens de l’histoire. Néanmoins, et c’est là un aspect trop souvent négligé de leur argumentaire, Marx et Engels considèrent le socialisme utopique comme un progrès, une étape préalable à l’avènement du socialisme scientifique, ou communisme.[2]

Problème majeur posé par ces deux discours: ils occultent la nature concrète, prosaïque, de New Lanark: en dépit de sa nature alternative, New Lanark n’a jamais été une utopie socialiste, mais bien une usine. Il m’est donc apparu nécessaire de déplacer les méthodes, de laisser, dans un premier temps, de côté les représentations de New Lanark pour envisager le village industriel en tant que tel. Il s’agira, dans un deuxième temps, de revenir sur ces mêmes représentations, tout en privilégiant une étude en contexte. Ce ne sont pas simplement les discours sur New Lanark qu’il faudra analyser, mais leurs conditions de production, de diffusion ainsi que leurs modes de réception. Il faudra donc établir des ponts entre un objet d’étude très restreint dans le temps comme dans l’espace, et des implications qui dépassent cet objet d’étude, tant sur le plan du contexte historique que de la postérité. Pour l’étude du village en lui-même comme pour celle de ses représentations, il est donc nécessaire d’opérer un travail de recontextualisation, de ré-historicisation.

III. Méthodologie et directions de recherche

Se pose dès lors une deuxième série de difficultés, d’ordre méthodologique cette fois: comment se livrer à une étude de détail sans pour autant verser dans la factualité pure, ou se livrer à une simple étude de cas ? Dans cette perspective, mes recherches sont redevables aux travaux de Carlo Ginzburg, théoricien de la micro-histoire.[3] Ce courant historiographique m’a paru convenir à une étude de New Lanark à deux niveaux :

1. A la recherche de « traces » historiques

La micro-histoire est envisagée comme une histoire de la société en général, qui se caractérise par une analyse à la loupe de phénomènes circonscrits dans l’espace et/ou dans le temps- dans mon cas, les 40 premières années d’existence d’une communauté industrielle en milieu rural. Il ne s’agit pas d’une histoire du minuscule, mais de la mise en lumière de micro-événements significatifs à partir desquels on retrouve « le réseau de rapports sociaux dans lequel l’individu est pris »[4]. Le regroupement de ces fragments significatifs, que Ginzburg appelle « traces », permet donc le passage de l’individuel au social, de l’écriture d’une biographie à celle d’une « prosopographie de la masse »[5]. Ainsi, dans Le fromage et les vers, Ginzburg recrée l’histoire des pratiques inquisitoriales dans le Frioul du XVIe siècle en retraçant le parcours d’un individu hors du commun: le meunier Menocchio, issu du bas peuple mais lettré, pieux mais jugé hérétique. A la différence de Ginzburg, mes recherches ne portent pas sur un individu en particulier, mais sur une communauté. Je me suis donc intéressée aux travaux de Jürgen Schlumbohm, qui a mis en pratique une forme alternative de micro-histoire, en s’attachant moins aux trajectoires individuelles qu’à la société locale et aux rapports interindividuels (liens de parenté, réseaux familiaux et professionnels, etc.) [6]

Dans les deux cas, le travail sur les sources obéit à des modalités similaires : il s’agit de partir à la recherche de « traces » historiques, par un examen en détail des sources primaires. Dans mon cas précis, il importera de partir de sources sérielles « ordinaires » pour retracer l’histoire d’un lieu « extraordinaire » et des individus qui y ont évolué, et de les présenter selon des méthodes qualitatives et quantitatives. Mon corpus comprend ainsi:

–          Des sources relatives au village industriel lui-même: actes d’achat et de vente, livres de comptes, statistiques de production, extraits du règlement intérieur aux usines, recensements, cadastres et inventaires après décès.

–          Des commentaires contemporains au village industriel : extraits de guides touristiques, récits de voyage, articles de presse, chansons, littérature et iconographie populaires, pamphlets politiques (dont un grand nombre rédigés par Robert Owen lui-même), journaux et correspondance privée d’Owen, de ses amis et associés.

2. Implications épistémologiques :

La micro-histoire s’est nourrie du récent développement de rapports étroits entre histoire, sociologie et anthropologie. Cette reconfiguration s’est traduite en premier lieu par un délaissement des approches macro-économiques pour aborder plus précisément les aspects socio-culturels d’une époque donnée. D’un point de vue thématique, les notions de « monde ouvrier » et de « condition ouvrière » ont cessé d’être entendus comme concepts monolithiques, pour être envisagés comme expérience vécue. Au niveau du cadre de référence conceptuel, cette reconfiguration du champ des sciences humaines a abouti à la volonté d’écrire une « histoire par le bas » et à la remise en cause de l’idée d’histoire universelle. Il s’agit de considérer ceux que l’historiographie traditionnelle a laissés dans l’anonymat (par exemple, la classe ouvrière) non comme les victimes passives des grands bouleversements socio-économiques, mais comme des acteurs historiques à part entière, et ce même à une échelle spatio-temporelle réduite.

C’est sous cet angle double, à la fois thématique et épistémologique, que je me propose d’étudier le contexte historique dans lequel s’inscrit New Lanark. Celui-ci se trouve au confluent de trois courants historiques:

–          la Révolution Industrielle naissante: New Lanark est l’une des premières usines à être fondées en Grande-Bretagne, et de ce point de vue, elle symbolise les bouleversement socio-économiques de l’époque (mécanisation des méthodes de production, création de méthodes disciplinaires de contrôle de la main d’œuvre industrielle, féminisation de la force de travail dans le secteur textile, exode rural vers les grands centres industriels, etc.)

–          l’engouement philanthropique : il naît en partie d’une inquiétude des classes aisées face aux conséquences sociales de l’expansion industrielle, ce qui aboutit à la création de stratégies visant à améliorer le sort des plus pauvres, parmi lesquelles la fondation des villages industriels.

–          Le renouveau de la pensée utopique : entre la fin des Lumières et l’époque romantique, l’utopie quitte le champ de la littérature pour devenir le terrain d’action des réformateurs sociaux, parmi lesquels Fourier, Saint-Simon et Owen. New Lanark servira à ce dernier de terrain d’expérimentation privilégié.

Enfin, si la micro-histoire s’attache à « mieux comprendre la cohésion et la tension, la stabilité et la flexibilité des sociétés en étudiant les relations sociales dans les dimensions multiples et profondes que la macro-analyse ne laisse pas apparaître »[7] il me semble nécessaire d’insister sur la dimension proprement écossaise de New Lanark. Cet aspect n’a jusqu’ici été que peu étudié, bien que le village industriel témoigne d’une forte identité régionale. Il est à noter, en particulier, que l’organisation du village de New Lanark reproduit celle du villageécossais traditionnel. L’autorité du chef d’entreprise, loin de s’arrêter aux portes de l’usine, est également en charge de la vie du village, et vient se substituer à l’assemblée des elders, composée des notables du lieu et du pasteur presbytérien, qui préside traditionnellement aux affaires locales (gestion de l’assistance publique, fondation et supervision des écoles, voirie, logement, justice, veille morale et spirituelle). En outre, insister sur cette dimension régionale me paraît indispensable dans la mesure où le domaine écossais reste un champ d’étude encore très marginal en France. Si la volonté d’écrire une histoire par le bas implique la fin d’une certaine illusion ethnocentriste, son terrain d’application se joue au niveau de l’origine sociale des individus tout comme de l’aire géographique étudiée, et ce afin de réintégrer les périphéries, les marges, dans le domaine des sciences humaines.

Conclusion

Les études en civilisation souffrent d’un manque de théorisation, d’où un flou méthodologique certain. Le socle de notre discipline semblerait être la maîtrise de compétences linguistiques relatives à l’aire géographique étudiée, la possibilité d’aborder notre sujet en version originale, mais cet aspect ne semble pas constituer un critère définitoire suffisant. Au-delà de cette compétence nécessaire, chaque civilisationniste en vient à élaborer sa propre méthode, dictée par les impératifs inhérents à son sujet, en empruntant aux autres disciplines en sciences humaines: (histoire, sociologie, anthropologie, etc.) et aux courants historiographiques qui leur sont attachés (histoire des représentations, cultural studies, gender studies, etc.). Mais de fait, ces disciplines empruntent elles aussi les unes aux autres. Si l’interdisciplinarité constitue aujourd’hui l’une des tendances lourdes des sciences humaines, on peut donc penser que les études en civilisation y ont leur place. Un projet interdisciplinaire en sciences humaines, s’il ne permettra sans doute pas de résoudre à court terme la difficulté à théoriser la notion de civilisation, pourra néanmoins remédier aux connotations négatives trop souvent attachées à ce terme, perçu comme circonscrit à une aire géographique unique, isolant de manière arbitraire les phénomènes sociaux étudiés.


[1]HARRISON, J.F.C., Robert Owen and the Owenites in Britain and America: The quest for the New Moral World. London, Routledge, 1969, p. 4.

[2] MARX, K. et ENGELS, F., « Le socialisme et le communisme utopiques et critiques », Le manifeste communiste, pp. 190-193, in MARX, Œuvres, vol.1, « Economie ». Paris, Gallimard, 1963.

[3] Voir notamment son article programmatique en collaboration avec C. PONI, « La micro-histoire », Le débat, n°17, 1981, ainsi que son ouvrage fondateur, Le fromage et les vers, 1980, rééd. Flammarion, 1995.

[4] GINZBURG et PONI, op. cit.

[5] Ibid.

[6] SCHLUMBOHM, J., « Quelques problèmes de micro-histoire d’une société locale. Construction de liens sociaux dans la paroisse de Beim (XVIIe – XIXe siècles) », Annales. Histoire, Sciences sociales, 50e année, 1995, pp. 775-802.

[7] SCHLUMBOHM, op. cit., p. 802.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *