Glasgow: régénération urbaine, culture et politique

Science Center Pacific Quay

Dans les années 1980, l’Écosse connaît un renouveau culturel. Cette décennie est une des plus productives et les plus créatives de l’histoire contemporaine de l’Écosse. Glasgow, capitale industrielle déchue, a une place centrale et symbolique dans ce processus car, touchée par un sévère déclin industriel et souffrant d’un profond déficit d’image, elle a fait le choix de placer les arts et la culture au cœur de sa politique de régénération urbaine, économique et sociale au début des années 1980.

Ils sont devenus le vecteur privilégié de la municipalité pour relancer l’activité économique et procéder à la reconversion des friches industrielles en zones industrielles, commerciales et résidentielles. Cette orientation s’inscrivait d’ailleurs dans un cadre encore plus large dont l’objectif était simple et clairement énoncé : il fallait reconstruire une image claire et positive de la ville et lui rendre l’attractivité qu’elle avait perdue depuis bien longtemps pour attirer les investisseurs et de nouvelles populations. La culture et les arts devaient donc faire renaître la ville post-industrielle déchue de son statut de capitale industrielle – Glasgow fut pendant longtemps la deuxième ville de l’Empire britannique –, la hisser au rang de capitale culturelle au rayonnement international et lui faire franchir le cap de la reconversion vers une économie de services. Ce choix a conduit la ville à organiser des manifestations culturelles d’ampleur nationale ou internationale ainsi qu’une foule de manifestations festives et de campagnes de promotion. Ainsi, pour ne citer que les manifestations majeures, Glasgow a d’abord été l’hôte du National Garden Festival en 1988. Puis, la ville a porté le titre de Ville Européenne de la Culture en 1990 et celui de Ville Britannique de l’Architecture et du Design en 1999. Quantité de manifestations culturelles ont été organisées dans le cadre de ces désignations. Chaque fois, cela a aussi été l’occasion, ou le prétexte, de se doter d’infrastructures à usage culturel et touristique. Soulignons pour terminer que Glasgow fut une ville pionnière en la matière puisqu’elle fut la première ville industrielle sinistrée à s’engager dans cette voie, avec un certain succès semble-t-il si l’on peut en juger notamment par la transformation physique qu’a subi son centre-ville.

Cette période de régénération urbaine majeure est aussi celle, à l’échelle britannique, du long règne conservateur de dix-huit ans de Margaret Thatcher d’abord puis de John Major qui ont mené depuis Londres une politique économique et sociale particulièrement dure et préjudiciable pour la majorité des Ecossais, et de ce fait évidemment très impopulaire. Elle a nourri une riche production culturelle de critique et de contestation en Ecosse, particulièrement à Glasgow. La ville est donc le théâtre d’une renaissance culturelle et intellectuelle, dont on peut dire qu’elle est en quelque sorte institutionnelle ou officielle, puisqu’elle a été encouragée et subventionnée par les autorités locales dans le cadre de la régénération socio-économique de la ville, mais qu’elle est aussi énergiquement contestataire de la politique du pouvoir central conservateur en place. Il s’agit donc d’en analyser les ressorts.

Enfin, cette période s’achève par la tenue, en septembre 1997, d’un second référendum en Ecosse, après l’échec de celui de 1979, qui entérine cette fois-ci la large approbation du peuple écossais en faveur d’une dévolution des pouvoirs de Westminster vers Edimbourg. L’organisation du référendum, que la victoire des travaillistes à l’élection générale de mai 1997 a rendue possible, sera suivie de l’élection en 1999 des députés siégeant au parlement écossais à Edimbourg et de l’inauguration de ce parlement par la Reine le 1er juillet 1999.

Dans la mesure où Glasgow est pendant cette même période devenue un centre majeur de création culturelle et d’activité intellectuelle, mon travail de recherche questionne donc l’existence d’une corrélation entre

  1. la rénovation urbaine de Glasgow, dont la période charnière se situe entre le début des années 1980 et les manifestations organisées pour son élection en tant que Ville britannique de l’architecture et du design en 1999,

  2. l’émergence d’une activité culturelle et intellectuelle protestataire en réaction à la politique conservatrice mise en œuvre par Margaret Thatcher puis John Major et à la politique de rénovation urbaine décidée par les autorités locales travaillistes qui favorisait largement le centre-ville au détriment de la périphérie,

  3. la maturation d’un sentiment nationaliste fort dans l’opinion publique écossaise et sa concrétisation à travers la large approbation en faveur de la dévolution au référendum de septembre 1997.


2 réflexions sur « Glasgow: régénération urbaine, culture et politique »

  1. Merci pour ce billet ! C’est une question fascinante, en effet. Je réside à Edimbourg et je suis curieux de savoir si vous envisagez une approche comparative entre les deux villes, notamment pour tester l’hypothèse 3…

    1. Non, je n’ai pas prévu d’analyse comparative entre Glasgow et Edimbourg, en tout cas dans le domaine de la régénération urbaine. Les villes sont tellement différentes. Les problématiques de régénération urbaine à Glasgow sont plus proches de celles de villes industrielles du nord de l’Angleterre telles que Manchester, Liverpool, Leeds, Sheffield ou, plus au sud, Birmingham et ils me semble plus intéressant de voir si un modèle se dégage ou, au contraire, s’il y a des divergences importantes dans la manière dont la régénération de ces villes est ou a été conduite. Mon travail sur la régénération de Glasgow m’a amené à faire un travail conséquent sur l’identité de la ville (tradition ouvrière et réussite industrielle/ identités religieuses/ conditions de vie dans les logements ouvriers traditionnels et logements sociaux/ violence et misère des Gorbals/ tradition radicale ouvrière), comme prélude à une analyse sur ce que la régénération de la ville a en fait tenté de mettre de côté, voire d’oblitérer complètement.

      Quant à l’hypothèse 3 … l’approche comparative entre Glasgow et Edimbourg est effectivement plus pertinente en ce qui concerne la dimension politique, notamment dans le cas des référendum pour l’autonomie. Sans pour autant adopter une démarche résolument comparative, faire un petit tour du côté des résultats à Edimbourg sera utile pour donner du relief (ou pas) à ceux de Glasgow.

      Glasgow et Edimbourg sont réputées très différentes – pourquoi pas questionner cette assertion, mais dans un projet de recherche ultérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *