Missionnaires anglicans en métropole et aux confins de l’Empire – Grande-Bretagne et Afrique interlacustre, 1875-1901.

Mon travail porte sur l’étude de deux sociétés missionnaires anglicanes à la fin du 19ème siècle (1875-1901). La période victorienne (1837-1901) en Grande-Bretagne se caractérise par une activité religieuse intense, que ce soit dans le cadre anglican ou dans le cadre non-conformiste. C’est une période qui voit les identités religieuses se redéfinir sans cesse les unes par rapport aux autres, mais également en fonction des deux éléments marquants de l’époque victorienne que sont l’industrialisation en métropole et la construction de l’Empire britannique.

L’anglicanisme, comme les dénominations non-conformistes, ont ceci de similaire qu’ils sont tous fortement influencés par le renouveau évangéliste du 18ème siècle en Grande-Bretagne. Les missions, que ce soit les home missions ou les foreign missions, sont la mise en pratique de cette nouvelle orientation théologique dans le protestantisme britannique au 19ème siècle. L’industrialisation en métropole engendre l’afflux d’une main d’œuvre qui vient s’entasser dans les nouveaux centres industriels ; ces classes laborieuses sont la cible privilégiée de sociétés missionnaires comme la London City Mission qui œuvre pour leur salut et leur « civilisation » dans la capitale. L’Empire britannique et les populations qu’il prend sous son aile offre également de nouvelles opportunités pour les évangélistes : c’est tout le globe qu’il va falloir convertir, avec une emphase spéciale mise sur l’Afrique, le continent noir, là aussi qu’il va falloir faire entrer dans le giron de la civilisation britannique. C’est à cette tâche que s’attelle la Church Missionary Society, société missionnaire anglicane créée en 1799.

Deux sociétés missionnaires, donc, avec la même mission (évangéliser et civiliser) mais des objets différents (les pauvres et les Africains). Mon but est donc d’étudier dans une perspective comparatiste les pratiques et les stratégies discursives de ces deux missions (l’importance est en effet aussi donnée aux discours missionnaires en tant qu’ils doivent d’une part convertir des « païens » mais également convaincre des donateurs de financer leur action). J’ai choisi ces deux sociétés parmi la multitude qu’offre la période pour plusieurs raisons :
– pratiques (archives à Birmingham).
– quantitatives et qualitatives (ce sont les deux plus grosses organisations de l’époque, chacune à leur échelle, métropolitaine ou globale, avec tout ce que cela a comme conséquence en termes d’archives encore disponibles).
– leur dénomination anglicane et pas non-conformiste (même si c’est plus complexe dans les faits, puisqu’il y a une réelle collaboration entre membres de diverses dénominations au sein des deux sociétés), avec l’idée à confirmer qu’elles ont donc une relation facilitée avec l’État britannique et l’administration impériale.
– leur base fondamentalement middle class, même si là encore, parler en termes de « classes » simplifierait trop l’analyse que l’on peut faire de leurs pratiques et stratégies discursives.

La London City Mission est fondée en 1813 et travaille presque exclusivement à Londres, notamment dans les quartiers décrits comme « mal famés », les bas-fonds de la métropole (l’East End, mais également à l’époque la City, le quartier de Westminster). En ce qui concerne la Church Missionary Society, il eut été impossible de vouloir étudier son activité aux quatre coins de la terre dans le dernier quart du 19ème siècle. J’ai donc choisi de ne me consacrer qu’à une seule mission, celle qui, en 1876, est envoyée dans la région des Lacs en Afrique, notamment au nord du Lac Victoria, dans ce qui est aujourd’hui l’Ouganda, mais qui à l’époque était le royaume du Buganda. J’ai choisi cette mission pour plusieurs raisons : pour les missionnaires, l’Afrique de l’est représentait le plus gros défi possible sur toute la surface du globe, les Africains étant relégués, dans l’esprit occidental, au bas de l’échelle des civilisations. Cette région, de plus, n’avait pas encore été pénétrée par les agents de l’Empire britannique (contrairement à l’Afrique de l’ouest ou l’Afrique du sud) ; seule une poignée d’explorateurs (Speke, Stanley) avaient déjà rencontré Mutesa, le roi du Buganda, avant l’arrivée des missionnaires de la CMS. Cette mission est également remarquable parce que dans le microcosme qu’est la cour du kabaka Mutesa), il y a concurrence et conflit entre traditions religieuses bougandaises, Islam, Protestantisme anglican et Catholicisme (les Pères blancs, missionnaires français, arrivent 3 ans après la CMS). Les membres de la mission de la CMS viennent d’horizons géographiques, sociaux et religieux différents : anglais, écossais, australiens, anglicans ou membres de la Free Church of Scotland, ayant étudié à Oxford ou suivi une formation d’ingénieur ou de charpentier, etc. Soulignons ici que dans le cas des deux missions que j’étudie, la London City Mission et la Church Missionary Society, les missionnaires ne sont pas, en règle générale, des membres du clergé (la mission de 1876 ne compte qu’un seul révérend).

L’étude parallèle de ces deux missions pourra, je l’espère, montrer que l’histoire de la métropole britannique et de ses marges géographiques (les confins de l’Empire comme les quartiers ouvriers londoniens non explorés par la middle class et l’upper class) sont des histoires connectées, et leur mise en récit par l’historien doit tenir compte des influences qu’elles ont l’une sur l’autre. C’est là un domaine particulièrement fécond dans l’histoire du 19ème siècle britannique, que je souhaite aborder par le prisme des pratiques et discours missionnaires. Il s’agit d’une histoire d’allers-retours (pour reprendre l’expression de l’anthropologue brésilienne Manuela Carneiro da Cunha) entre la métropole (GB et Londres) et ses marges, notions qui appellent à problématisation.

Directions abordées
– La missiologie : l’objet même de mes recherches m’a fait me tourner vers la « science des missions ». C’est un domaine de recherche assez interdisciplinaire, puisque parmi les missiologues, on retrouve des historiens, des théologiens, mais également des anthropologues et sociologues. Ses implications théoriques m’encouragent à prendre en compte la spécificité des discours missionnaires sur l’Afrique et les pauvres à une époque et dans un pays où ces deux objets engendrent pléthores de productions écrites et iconographiques. Ce sont des discours construits et produits au sein d’institutions religieuses, pétris par la religion protestante, elle-même traversée de multiples courants et dénominations. Anglicans et non-conformistes (presbytériens, baptistes, etc.) voient et organisent le monde différemment. Conjointement, je m’intéresse également aux stratégies de diffusion, de propagande des missions (conversion, diffusion de la Bible en Afrique et dans les quartiers pauvres) ; mais également à la diffusion, la circulation dans la société victorienne, des résultats des missions : je ne souhaite donc pas faire seulement une étude des discours missionnaires ; leurs conditions de production, d’édition et de diffusion, du journal de bord à l’autobiographie ou le magazine publiés, constituent également un point central à aborder, de même que les lecteurs –futurs donateurs, voire collaborateurs – qu’ils ciblent (genre ? âge ? niveau d’éducation ? milieu social ?).
– histoire des représentations et histoire des pratiques culturelles :
Je vais, dans un premier temps, vous décrire les objets de ma recherche avant de vous présenter les méthodes qui me permettent de les manipuler scientifiquement. Le titre provisoire de ma thèse mentionnent trois types, au masculin et au singulier : le missionnaire, le pauvre et l’Africain. Ces trois figures, qu’elles soient associées ou non, reviennent sans cesse dans les productions écrites et les images de l’époque victorienne. Elles sont l’objet, dans ces discours, de stigmatisations et de stéréotypisations. Elles circulent dans l’imaginaire victorien, s’insèrent dans des réseaux de signification qui traversent la société par-delà les classes qui la composent. Objets de discours, elles sont cependant ancrées matériellement dans des objets, des formes, des codes et des pratiques culturels qui circulent, eux aussi, dans la société victorienne. Ces trois types sont mis au singulier dans mon titre, mais ce raccourci pratique ne doit pas tromper : missionnaires, pauvres et Africains sont loin de constituer des groupes uniformes, qu’ils soient réels ou représentés. Je me propose de les interroger pour mettre au jour leur variété, et révéler les « luttes de représentations », pour reprendre l’expression de Roger Chartier, dont ils sont les objets dans la société victorienne des années 1875-1900.
Prenons l’exemple de la figure du missionnaire, qui au cours du 19ème siècle voit son statut et son stéréotype évoluer. A l’engouement du public victorien des années 1850-1870 qui suit les aventures et les exploits de ces autres héros et martyrs de l’Empire, porteurs de civilisation et de la parole divine, succède la déception face aux succès très relatifs des missions. Pourquoi gaspiller temps et argent à l’étranger alors que d’autres ont plus besoin des services des missionnaires en métropole ? Déconnectés du réel, leurs attentes sont trop grandes, et bientôt on se moque de ces « bigots ». Il en va de même pour le stéréotype de l’Africain, qui vacille constamment entre le bon sauvage et le barbare cruel. Homi Bhabha décortique les discours stéréotypiques en montrant que la force du stéréotype réside dans ce constant aller-retour, cette oscillation entre deux polarités extrêmes, ces « luttes de représentations ». Il s’agit ici non seulement de mettre l’accent sur les discours, la mise en mot des stéréotypes, mais également d’historiciser ces représentations concurrentes, de les replacer dans leur contexte de production et de diffusion. Le dernier quart du 19ème siècle constitue un tournant dans ce domaine : c’est la fin des illusions britanniques quant à la possible « civilisation » des Africains, qui  deviennent une main d’œuvre pour l’expansion britannique en Afrique plus que des « frères » à évangéliser – l’Imperial British East Africa Company, par exemple, commence la construction de l’ « Uganda Railway » en 1896, qui va relier Mombasa au lac Victoria.

Les archives
Comme la plupart d’entre nous, je suis le principe d’Alain Corbin d’« extension de la notion de source » vers d’autres domaines que le strictement politique et économique. Mon corpus se partage entre les sources non publiés (les lettres et journaux de bord des missionnaires de la CMS, entreposés à l’Université de Birmingham), et les sources publiées : tracts, magazines, biographies et autobiographies exemplaires, rapports annuels, atlas, etc. Les périodiques illustrés constituent une des sources les plus importantes de mon travail, puisque c’est en les comparant avec les journaux de bord et lettres manuscrites que je peux comprendre quelles informations la société missionnaire a décidé de garder, quels aspects de la vie des missionnaires en Afrique avaient une valeur pour convaincre les lecteurs de contribuer aux missions. Mon travail se nourrit également des images que produisent, empruntent et retravaillent les éditeurs des magazines : entre le sketch du manuscrit et la gravure publiée dans le magazine, tout un processus technique et intellectuel est mis en place. Ceci est cependant seulement possible avec la CMS car les journaux de bord des missionnaires de la LCM ont disparu, ou du moins n’ont pas été centralisés par la mission.
J’utilise également les sources mises à disposition par les autres institutions avec lesquelles la CMS et la LCM ont été susceptibles de travailler ou avec lesquelles elles ont été en conflit : la Royal Geographical Society, la Royal Anthropological Society, les quotidiens nationaux et régionaux, les magazines évangélistes comme The Record et les périodiques tels que Punch. Enfin, afin de reconstituer de la façon la plus détaillée possible le système de représentations au travers duquel la société britannique de la fin du 19ème siècle apparaît, je me tourne également vers la littérature et les essais politiques, scientifiques ou philosophiques, avec des noms qui sont restés célèbres jusqu’à nos jours (Hardy, Conrad, Mayhew, Darwin, Arnold) ou des œuvres populaires de l’époque (notamment la littérature pour enfants, surtout les romans d’aventure destinés aux jeunes garçons, et la littérature de slumming (récits de fiction ou non) avec des noms comme Sims et Gissing).

Méthodologie
J’ai choisi aujourd’hui de vous faire partager 3 des axes de recherche de mon travail, en corrélation avec des outils méthodologiques empruntés à plusieurs disciplines universitaires, qui, comme nous l’avons souvent vu dans ce séminaire de doctorants en civilisation, ne sont pas imperméables les unes aux autres ; au contraire, toutes s’influent et se nourrissent les unes des autres, et sont loin d’être des catégories intellectuelles étanches, malgré leurs origines géographiques et leurs rattachements à des traditions épistémologiques variés.
– la relecture de l’histoire impériale : Vous aurez compris que mes recherches peuvent s’inscrire dans ce qu’on appelle l’histoire impériale/coloniale, même si mes missionnaires ne sont pas, de facto, des agents officiels de l’Empire britannique. Leur collaboration ou concurrence avec l’administration impériale devra cependant être abordée dans mon travail sur la mission de la CMS en Ouganda, région qui en 1893 devient protectorat britannique. Vous n’êtes pas sans vous douter que l’histoire impériale britannique, jusqu’à la fin des années 1970, ressemblait plutôt à un récit héroïque mettant en scène une poignée d’hommes blanc de l’upper ou la middle class, anglais, face à un « continent noir » à la fois hostile et mis à leur disposition pour l’exploitation de ses richesses. Cette posture intellectuelle est, depuis la fin de la décolonisation, bien entendu fort remise en cause par nombre d’intellectuels, dont certains s’avèrent être une grande influence pour mon travail. Les Postcolonial Studies, discipline universitaire non moins floue à laquelle certains d’entre eux peuvent être rattachés, offrent certains outils méthodologiques fort à propos si l’on suit la direction dans laquelle je me suis engagée. Edward Said, influencé par Michel Foucault, dans Orientalism, s’attache à une relecture des discours européens sur l’Orient, qui pour lui fait partie intégrante de la « culture et la civilisation matérielle de l’Europe », en tant qu’il devient, à travers discours et pratiques, un double en négatif, « souterrain » de l’Europe. Il s’attache également à montrer que c’est dans un réseau de textes et d’images que s’inscrit, que naît cette image de l’Orient contre laquelle se définissent les identités culturelles et politiques européennes. De même, Homi Bhabha, dans les essais qui forment The Location of Culture, plus influencé par Derrida et Lacan, propose une étude détaillée du discours européen sur l’Empire et ses habitants afin d’y déceler ses failles et ses contradictions, et de mettre au jour ses rouages et mécaniques (par exemple comment se forment les discours stéréotypiques). On reproche souvent aux Postcolonial Studies, études interdisciplinaires s’il en est, de n’être que des exercices de style, des explications de texte coupées de tout contexte. Neil Lazarus, de l’université de Warwick, s’oppose à cette tendance en réintégrant une réelle étude des structures sociales et conditions matérielles des sociétés postcoloniales. Cette prise de position intellectuelle clairement marxiste de la part de cet universitaire en conflit avec les tendances « littéraires » des Postcolonial Studies fait, comme vous pouvez l’imaginer, la part belle à l’étude des relations entre les classes sociales.
De la même façon, les Postcolonial Studies ont également proposé de un angle de problématisation de l’histoire impériale différent ; l’histoire de l’Empire et celle de la métropole sont loin d’être des histoires déconnectées l’une de l’autre. Bien au contraire, pour reprendre l’expression de Catherine Hall (la femme de Stuart Hall, l’une des grandes figures des Cultural Studies), il s’agit bien de « placer colonies et métropole dans un même cadre d’analyse […] On ne peut comprendre une nation qu’en définissant ce qui n’en fait pas partie ».  Ce genre d’approche est particulièrement pertinente, bien que peu mise en pratique, dans l’histoire des missions britanniques : font-elles partie d’un projet global commun ? Que peut-on tirer de l’étude locale d’une mission en Ouganda sur l’histoire de la métropole ? Il s’agit donc sans cesse de faire jouer les différences d’échelles (macro-micro ; métropole-Empire) afin de « ramener l’Empire en métropole » (cette perspective a donné lieu à de nombreux ouvrages aux titres aussi significatifs que « Bringing the Empire Home », « At Home with the Empire », etc.). Ce qu’il faut ici mettre au jour, c’est la perméabilité de deux mondes qui ne sont pas si éloignés l’un de l’autre : l’Empire et ses signes, les objets et les discours qu’il produit et qui le représentent, sont visibles partout en métropole, du cœur des foyers de la middle-class aux docks de l’est londonien. C’est bien la circulation de ces signes – et non pas seulement ce qu’ils représentent et comment ils le représentent – entre centre métropolitain et périphéries impériales qu’il faut étudier, en tant qu’ils apparaissent dans les journaux, magazines, romans et images de l’époque.
– la culture de l’imprimé : plus qu’une histoire des représentations, je souhaite faire ce que l’historien français Roger Chartier appelle une histoire des pratiques culturelles victoriennes. Mon intérêt, dans ce travail de doctorat, pour la culture de l’imprimé de l’époque, justifie mon rattachement à cette tradition épistémologique française . Plus que simplement analyser textes et images – et donc n’offrir qu’un recueil d’explications de textes et d’analyses de documents iconographiques vaguement arrangés selon certains axes thématiques– il me faut replacer mes archives, dans la variété des formes qu’elles prennent, dans leur contexte de production, de diffusion et de réception (qui lit quoi ? combien de personnes achètent/s’abonnent à/lisent tel ou tel magazine missionnaire ? les missions à l’étranger et en métropole attirent-elles le même genre de public ?, etc.). Les imprimés missionnaires se prêtent particulièrement bien à ce genre de méthode, dont le postulat est de contester la supposée frontière entre « culture savante » et « culture populaire » relayées par le texte et l’image imprimés. Pour citer Chartier, « là où l’on avait cru découvrir des correspondances strictes entre clivages culturels et oppositions sociales existent plutôt des circulations fluides, des pratiques partagées, des différences brouillées. » Les ouvrages publiés par les missionnaires sur les résultats de leurs missions ou les manières de participer à leur projet global de civilisation de la société s’adressent à tout le corps social. Une telle étude exige également que l’anatomie du corps social victorien ne se réduise pas seulement aux catégories de classes sociales, souvent trop imperméables les unes aux autres, pensées en rapport de dominants/dominés. D’autres critères (âge, sexe, appartenance religieuse, ruralité ou urbanité, lieu d’habitat dans la ville, etc.) doivent être pris en compte pour donner à voir un tableau des usages de l’imprimé missionnaire et des pratiques de lecture de leur public. Il y a, dans le fonctionnement même de la London City Mission par exemple, une réelle collaboration entre les catégories sociales, les âges, les dénominations, et les professions. Les productions imprimées de la Church Missionary Society, dans leur immense variété (de format, de genre, de prix), si elles sont toutes issues des journaux et lettres manuscrites des missionnaires sur le terrain, sont ensuite adaptées, découpées, censurées, illustrées selon le public visé par les éditeurs. Il y a bien circulation des discours et images missionnaires à tous les étages de la société victorienne, et on peut ici émettre l’hypothèse que les lecteurs se les approprient de façons différenciées.
– la rencontre avec l’Autre : « Autre » mis entre guillemets, et/ou avec une majuscule, voilà là l’un des thèmes qui suscite, dans les études littéraires et les sciences sociales, le plus de littérature en ce début de 21ème siècle. Pour les chercheurs européens, cette rencontre avec l’Autre est toujours envisagée de la même façon, entre un homme/une femme blanc(he) et l’habitant d’une contrée éloignée, ou du moins, perçue comme éloignée. L’expérience missionnaire, qu’elle se situe en outre-mer ou en métropole, est conforme à ce schéma. Des hommes blancs, porteurs de ce qu’ils appellent la « civilisation » et ses valeurs, vont à la rencontre d’hommes et femmes perçus comme « barbares », « sauvages ». Les Victoriens les envisagent comme des êtres coincés au bas de l’échelle des civilisations dans le cas des Africains, dans une société qui stagne dans le passé, coupée de tout contact avec la « civilisation » et ses lumières. Les quartiers ouvriers londoniens sont également perçus par la middle class urbaine comme des contrées lointaines peuplées de sauvages, des anomalies des temps modernes, païens, sales, alcooliques, et aux mœurs douteuses. L’Africain et le pauvre sont donc des figures archétypiques de cet Autre contre lequel le Victorien de la middle class se définit et se construit. Tout le problème réside dans le fait que de nombreuses études littéraires et historiques continuent de prendre au pied de la lettre cette notion d’altérité, qui est essentialisée, cloisonnée dans un réseau de stéréotypes complètement anhistoriques. La rencontre avec l’Autre est souvent écrite et étudiée comme si elle se situait dans un espace-temps complètement décontextualisé historiquement ; il s’opère, pour reprendre les mots de Serge Gruzinski, une sorte de « fossilisation ethnographique » . Les Victoriens étaient en « quête d’archaïsmes et d’altérités » ; le problème est que les historiens et critiques littéraires souffrent de cette même soif d’exotisme lorsqu’ils se trouvent face à ces problématiques. Il conviendrait donc bien de prendre cette notion d’altérité avec précaution, et, au lieu « d’évacuer le proche pour débusquer le lointain » , de se focaliser non pas seulement sur les points de différences entre les missionnaires et leurs futures ouailles africaines ou métropolitaines, et les stratégies discursives de distanciation qui en découlent, mais bien sur les points de contact qu’ils existent entre eux. Le kabaka bugandais, par exemple, est loin d’être le monarque isolé au centre de l’Afrique décrit par les missionnaires, mais bien un homme de son temps, qui essaie d’utiliser à son avantage les influences qui depuis des décennies traversent son royaume (les caravanes arabes musulmanes de Zanzibar et d’Égypte notamment). Il s’agit également ici de voir comment certaines pratiques (religieuses, linguistiques mais également de vie courante) importées par les missionnaires sont appropriées par leurs convertis, avec peut-être des phénomènes de résistance et de métissage à observer.

Conclusions
La difficulté des civilisationnistes au sein de la recherche française est double :
– elle tient à leur périlleuse posture par rapport aux sources… : Ils doivent apprendre à savamment équilibrer une attention précise à la langue des archives – ce qui est attendu d’eux en tant que « linguistes » – et l’utilisation des outils méthodologiques des sciences sociales, qui se focalisent peut-être moins sur la formation des discours que sur leur contexte de production et de réception.
– … mais également par rapport à leurs références méthodologiques : Le contact constant du chercheur en civilisation avec des traditions épistémologiques autres que françaises lorsqu’il ou elle travaille sur des sources secondaires ouvre ses horizons méthodologiques (dans mon cas, par exemple, les Postcolonial Studies et l’anthropologie culturelle et historique de tradition américaine de Geertz ou Sahlins). L’absence de grands textes fondateurs de notre discipline nous oblige à nous positionner – géographiquement et méthodologiquement – à la croisée de différentes traditions épistémologiques. Nous ne sommes pas « fixes » ou même « fixés » par qui que ce soit (comme l’a rappelé à juste titre Marc, nous ne sommes pas « sous le coup de rappels à l’ordre disciplinaire »), bien au contraire, c’est la notion d’interdisciplinarité qui prime souvent dans notre domaine. La civilisation en langues vivantes peut correspondre à ce que Serge Gruzinski appelle une « science nomade » , une science qui circule entre les disciplines et les traditions épistémologiques et s’approprie les outils de chacune. « L’histoire », dit Roger Chartier, « est entrée dans l’âge des métissages » : métissages épistémologiques, linguistiques et géographiques dans le cas de la civilisation en langue vivante.


Une réflexion sur « Missionnaires anglicans en métropole et aux confins de l’Empire – Grande-Bretagne et Afrique interlacustre, 1875-1901. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *